À la recherche des vases partis à Dresde (II)

La recherche des vases partis à Dresde se poursuit… Maiwenn Tonna, stagiaire de L3 (Université Paris Nanterre), a mené une comparaison systématique entre l’album de Copenhague de Lagrenée le jeune et les vases conservés aujourd’hui dans la collection Denon. Cette recherche nous a permis de nous apercevoir qu’une petite hydrie en Gnathia dessinée par Lagrenée ne correspondait pas exactement, pour le décor, à celle qui subsiste aujourd’hui dans la collection Denon, à savoir l’hydrie MNC 44. Les différences pouvaient passer pour une fantaisie de Lagrenée qui, bien souvent, simplifie et épure les décors antiques pour se constituer un répertoire visuel dont la fonction n’est pas documentaire, mais de servir de support à ses créations comme peintre de porcelaine.

Jean-Jacques Lagrenée, Cent vases étrusques dessinés par Lagrenée d’après des vases originaux appartenants au roy (album conservé à Copenhague, Nationalmuseets Antiksamling, Bibliotek)
Sèvres, Hydrie miniature MNC 44 (cliché de travail de Louise Detrez).

Un indice supplémentaire pouvait permettre de se rendre compte que Lagrenée n’avait pas dessiné l’hydrie MNC 44, mais une autre hydrie qui se trouve aujourd’hui à Dresde. En effet, la liste de vases envoyés à Sèvres qu’établit Alexandre Brongniart (archives du musée de Sèvres, 4W644) mentionne le départ à Dresde d’un « petit vase cannelé à 3 anses, fond noir, peintures jaunes superposées » (n°3 de la liste de Brongniart). Le livre d’entrées du musée de Dresde (Zugangsbuch 1833-1876, n° 352, p. 20-23, Tausch 1837) mentionne quant à lui l’arrivée, sous le n° 699, d’un « vase noir cannelé à deux anses, décor brun peint ». Qu’un vase passe de trois à deux anses ne peut guère s’expliquer que par le bris ou par une erreur d’inattention, compréhensible dans le cas d’une hydrie: lors de son enregistrement à Sèvres, l’anse verticale, située à l’arrière du col n’aurait pas été prise en compte, contrairement aux deux anses latérales horizontales. Quant à la mention de cannelures, elle pointe bel et bien vers un vase en céramique de Gnathia godronnée.

Une recherche dans les collections de la Skulpturensammlung de Dresde, aimablement assistée par les indications de Saskia Wetzig, conservatrice de cette collection, nous a permis de retrouver ledit vase. Il s’agit d’une petite hydrie haute de 17,4 cm (Skulpturensammlung, AB 193) qui porte, sur le fond, la marque P.S. Ce marque confirme son passage dans les collections de la Porzellansammlung du Palais japonais qui accueillit, en 1837, les vases venus de Sèvres.

Dresde, Skulpturensammlung, AB 193. © Skulpturensammlung, Staatliche Kunstsammlungen Dresden.

Dans les deux cas, nous avons affaire à de petites hydries godronnées en céramique de Gnathia, qui s’inscrivent dans les productions apuliennes du tournant des IVe – IIIe siècles avant J.-C.: leurs ornements surpeints en jaune d’or les situent dans l’entourage du peintre de Zurich 2692 ou du groupe d’Alexandrie après lui. Leurs caractéristiques similaires pour le décor et la forme ont conduit Brongniart à les considérer comme des “doubles”, ce qui explique que l’une d’elles ait été envoyée au musée de Dresde dans le cadre de l’échange de 1836-1837. Sur l’exemplaire de Dresde, on reconnaît bien le motif de chaînette à pendeloques du col et les décors à languettes des anses qui furent reproduits par Lagrenée.

Nous remercions très chaleureusement Saskia Wetzig pour son aide décisive et pour les renseignements fournis au sujet des vases de Dresde.

Évelyne Prioux


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Évelyne Prioux (22 février 2022). À la recherche des vases partis à Dresde (II). ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/albr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search