Une mission au musée de Sèvres (2-10 novembre 2021)

Du 2 au 10 novembre 2021, Dorothée Neyme et Florence Le Bars-Tosi ont travaillé au récolement de la collection Denon dans les réserves du Musée national de la Céramique (MNC) à Sèvres, ouvertes aux chercheuses grâce à Anaïs Boucher, conservatrice en chef du MNC et responsable des collections antiques. Elles se sont intéressées principalement aux vases attiques (Florence Le Bars-Tosi) et aux lampes romaines (Dorothée Neyme). Voici des extraits de leur rapport de mission :

Les vases attiques de la collection Denon

«Lors de cette mission, la priorité a été donnée à l’étude du matériel céramique, conservé dans les réserves du MNC. L’analyse a porté tout d’abord sur la céramique attique à figures rouges, complétée par l’examen de quelques vases attiques à vernis noir. Au total 39 vases ont été étudiés et décrits dans des notices rédigées en vue d’un catalogue à paraître en ligne.

La confrontation entre l’examen optique de l’objet et les publications anciennes (au premier rang desquelles l’Inventaire de 1802 et le Corpus Vasorum Antiquorum [CVA] de 1936) ont permis de corriger certaines interprétations erronées, répétées dans la littérature scientifique ultérieure. L’exemple le plus évident est celui d’une œnochoé attique à figures rouges (MNC 81), non attribuée à ce jour. Le CVA décrivait une simple scène de conversation entre éphèbes, oubliant de mentionner le lièvre tenu par les oreilles par le personnage de gauche. Ce détail change l’interprétation de la scène, le lièvre étant en effet dans l’Athènes du Ve siècle av. J.-C. l’un des cadeaux favoris échangés entre amoureux. Il s’agit donc d’une scène de conversation amoureuse, empreinte de séduction entre deux jeunes hommes. Le caractère homoérotique de la scène a peut-être été volontairement gommé dans la publication de 1936, et le détail n’a plus été relevé par la suite.

L’œnochoé attique MNC 81. Photographie de travail F. Le Bars.
L’œnochoé attique MNC 81 (détail). Photographie de travail F. Le Bars.

En revanche, la relecture des publications anciennes permet parfois de retrouver des informations sur les contextes et le lieu de découverte de certaines œuvres. Ainsi, Aubin-Louis Millin publie le petit cratère MNC 16 dans son ouvrage Peintures de vases antiques (1808), en signalant que ce vase appartient à un lot comprenant également douze vases miniatures achromes, découverts dans une même tombe d’enfant près de Bari. Le cratère MNC 16, orné d’un cheval au galop et d’un griffon, était réputé attique, mais nous retenons qu’il est plutôt attribuable à la production apulienne du tout début du IVe siècle av. J.-C. Sa présence permet de dater l’ensemble aux premières décennies du IVe siècle av. J.-C. »

Le cratère en cloche MNC 16. Photographie de travail F. Le Bars.

Les lampes antiques de la collection Denon

« Nous disposons de peu d’informations concernant les lampes à huile antiques qui faisaient partie de la collection Denon. L’inventaire du musée de Sèvres mentionne “trente-quatre lampes de formats et dimensions variés, dont quatorze à relief”. Elles sont regroupées sous le numéro d’inventaire 291, qui se décline ainsi 291.1, 291.2, etc. jusqu’à 291.34. Ces objets ne semblent pas avoir fait l’objet d’études publiées jusqu’à ce jour.

En 2021, à l’occasion de notre mission, Anaïs Boucher a donné des numéros d’inventaire aux nombreuses lampes dont les numéros d’inventaire s’étaient effacés. En tout, ce sont 60 lampes qui sont conservées en réserve: 26 ne font pas partie de la collection Denon, mais lesquelles? L’étude des objets a donné des pistes qui, nous l’espérons, pourront permettre de mieux cerner les contours de la collection Denon. Les provenances et la chronologie des lampes ont pu, dans la plupart des cas, être déterminées. La collection de lampes à huile constituée par Denon est très hétérogène. Les modèles proviennent d’une ample zone géographique, avec un arc chronologique allant de l’époque grecque au haut Moyen Âge. Il y a peu de lampes plastiques et la plupart sont des modèles communs.

Photographie de travail par D. Neyme de l’une des lampes du Musée national de la céramique – Sèvres.

L’observation attentive des objets a permis de retrouver des numéros d’inventaire, de déterminer certaines scènes de médaillon, de retrouver des signatures ou timbres sur le revers des lampes, d’évaluer leur état de conservation. La mission a également permis d’étudier les unguentaria ou balsamaires de la collection Denon. Ces vases, souvent retrouvés en contexte funéraire, contenaient des huiles parfumées. »

(D’après le rapport de mission de F. Le Bars et D. Neyme.)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Évelyne Prioux (3 février 2022). Une mission au musée de Sèvres (2-10 novembre 2021). ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/albp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search