Chi l’ha visto?

Ceramologists, unite!

Après deux ans et demi de travaux sur la collection Denon, nous avons des idées précises sur la nature des 525 vases antiques acquis par Louis XVI en 1786. Nous avons pu localiser la majorité des pièces et nous savons aussi que nous ne retrouverons pas certains objets, volontairement privés de leurs numéros d’inventaire au XIXe siècle, en vue de possibilités d’échanges avec d’autres musées, puis disparus sous l’Occupation. Nous pouvons aussi rattacher la plupart des pièces de la collection à des étapes bien précises du parcours de Denon en Italie du Sud: Lucera, Canosa, Bari, Soleto, Tarente. D’autres pièces ont été acquises sur le marché napolitain et proviennent notamment de la collection Mastrilli.

Pour autant, certains vases résistent à nos efforts et nous peinons à leur trouver des parallèles. L’heure est donc venue de faire appel à la communauté scientifique, pour recueillir d’autres regards. Il s’agit sans doute de vases que Denon a recueillis de manière isolée à un point ou un autre de son parcours.

Notre premier vase mystère est un stamnos au vernis très grossier et très abîmé, orné de décors surpeints blancs et rouges (un profil féminin rapidement tracé, des palmettes et une frise de chevrons). C’est le MNC 1233.

Notre deuxième vase mystère est une olpè matt-painted aux décors géométriques inédits à notre connaissance. Son anse porte un embryon de trozelle. Il s’agit du MNC 105.

Nous recherchons aussi les proches parents de deux petits vases à une anse, le MNC 161 (à figures rouges) et son proche parent perdu (à surpeints rouges?), mais dessiné par Jean-Jacques Lagrenée. Le MNC 161 est rattaché par R. Hurschmann, par hypothèse, aux lécythes Pagenstecher.

Toujours parmi les productions surpeintes, nous cherchons à contextualiser cette très belle amphore, conservée sous le numéro MNC 51.

Pour finir, nous aimerions soumettre à votre sagacité deux lampes conservées dans la caisse des lampes Denon. Malheureusement, des objets extérieurs à la collection Denon, privés de numéros d’inventaires, sont entrés dans cette caisse à une date inconnue et certaines lampes Denon avaient elles aussi perdu leurs numéros d’inventaire, ce qui est source de confusion. De ce fait, nous avons retrouvé 52 objets à l’endroit où nous n’en attendions que 34! Nous avons presque réussi à écarter tous les “intrus” (une lampe de Jerash et sept frog-lamps d’Égypte s’étaient par exemple glissées au milieu des lampes apuliennes et romaines de la collection Denon). Nous nous interrogeons encore sur l’appartenance à la collection Denon des trois objets ci-dessous, pour lesquels nous n’avons pas trouvé de parallèles suffisamment convaincants.

Voici la lampe SN8.5:

La lampe SN8.1:

Et enfin la lampe SN6.3:

Si vous connaissez un parallèle, de préférence contextualisé, pour l’un de ces objets, vous pouvez nous aider et nous vous en serions très reconnaissants! Vous pouvez, à votre guise, publier un commentaire sous ce billet ou nous contacter (evelyne.prioux@cnrs.fr).



Citer ce billet
Évelyne Prioux (2024, 18 mars). Chi l’ha visto? ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w17o

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search