Wanted!

La colonne de droite des pages de la « concordance » des inventaires du musée de Sèvres porte une série d’annotations au crayon souvent peu lisibles. Ces annotations concernent les objets « absents », échangés ou remisés « aux doubles ». Après comparaison avec les dessins de Lagrenée, l’inventaire de l’an 14 et les documents relatifs à l’échange avec Dresde, ce document permet d’établir une liste préliminaire des objets manquants ou à rechercher sur le site de Sèvres. Si l’on ne sait rien des 26 objets disparus entre 1786 et l’inventaire de l’an 14, qui n’en compte plus que 499, il apparaît qu’une majorité des objets qui manquent aujourd’hui à ce total ont été remisés, au cours du XIXe siècle, « aux doubles », en vue d’éventuels échanges avec d’autres musées ou de recherches futures sur leur composition chimique. A. Brongniart était en effet particulièrement soucieux d’établir des listes de « doubles » susceptibles d’être échangés afin de diversifier les collections de Sèvres. À supposer que ces « doubles » n’aient pas été échangés ou détruits en masse lors du bombardement de 1942, il est probable qu’ils se trouvent encore à ce jour sur le site de la manufacture. Une chose est certaine: malgré sa connaissance directe du site de Sèvres, Madeleine Massoul n’a pas eu accès à ces « doubles » lors de la préparation du CVA et n’en mentionne pas l’existence. Le(s) lieu(x) de conservation de ces objets n’étai(en)t-il déjà plus connu(s) dans les années 1930?

Extrait de la concordance des inventaires. Les annotations sont portées au crayon dans la dernière colonne de la page.

On notera que l’établissement de la liste d’objets annotée pour concordance est a priori antérieur à l’échange avec le musée de Dresde en 1837, mais que les indications ajoutées au crayon dans la dernière colonne sont, elles, postérieures au départ de ces objets, et qu’elles furent probablement ajoutées bien après 1837, puisque l’annotateur n’avait qu’une connaissance assez approximative des contours de l’échange.

Voici une liste des objets manquants, par forme, avec références aux dessins de Lagrenée qui nous renseignent sur leur apparence visuelle :

  • 1 cratère en cloche, « sujets de quatre figures, réservées dans un fond noir : H. 33 cm, diamètre 34 cm » (= ancien n° 12). Annotation : « envoyé au musée de Dresde en 1837 ». Il s’agit là de l’un des deux cratères en cloche mentionnés parmi les pièces échangées avec le musée de Dresde. On sait en outre qu’il représente sur une face une scène (à deux personnages?) à tonalité bachique et sur l’autre face deux figures en manteau. Malheureusement, les dimensions données ne correspondent avec aucun des trois candidats identifiés à ce jour dans la Skulpturensammlung de Dresde. Peut-être l’objet a-t-il été détruit durant la guerre ? Autre possibilité : les dimensions données pourraient être fausses, ce qui est le cas pour d’autres objets de la liste. À ce jour le candidat le plus vraisemblable est sans doute AB 312 (= Dr 516) du Peintre de Wolfenbüttel (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/857598). Ce vase est en effet sans provenance connue et, bien qu’il ne porte pas la marque P.S. de la Skulpturensammlung, il porte un numéro d’inventaire qui l’insère dans une série d’objets venus de Sèvres puisque les vases AB 310 et 311 proviennent, comme nous allons le voir, de la collection Denon.
  • 1 cratère en cloche, « sujets de quatre figures, réservées dans un fond noir : H. 29 cm, diamètre 29 cm » (= ancien n° 15). Annotation : « envoyé au musée de Dresde en 1837 ». Ces indications de dimensions permettent de cerner l’un des trois candidats précédemment envisagés au musée de Dresde : le cratère en cloche Dr 378 (= AB 311), dont on sait qu’il était conservé avant 1875 au Palais du Japon, et qui représente sur une face un couple formé d’un jeune homme et d’une jeune femme, et sur l’autre, des jeunes gens en manteaux (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/857587). Ce vase, attribué au groupe de Genève 2754, est daté entre 360 et 350 av. J.-C.
  • 1 pélikè avec profil féminin (= ancien n° 29). La concordance nous apprend l’existence de trois vases de cette forme alors que nous ne connaissons plus aujourd’hui que les MNC 26 et MNC 27. Les dimensions des trois vases sont données : haut. 29 cm, diam 16 cm / haut 29 cm, diam 15 cm / haut. 29 cm, diam 10 cm. Malheureusement, ces dimensions semblent fausses et ne correspondent pas à celles données par le CVA pour les deux objets conservés. L’indication « 1 envoyée au musée de Dresde en 1837 » est malheureusement fausse elle aussi : le musée de Dresde ne comporte pas de telle pélikè et ni l’état des objets envoyés au musée de Dresde ni le Zugangsbuch de la Porzellansammlung ne mentionnent le départ ou de l’arrivée d’un tel vase. En revanche, un «État des pièces qui ne sont point trouvées» établi en juin 1833 indique que cette pélikè a été donnée au peintre Édouard Odier le 5 février 1830 en échange d’un vase péruvien, le MNC 350.
  • 1 hydrie godronnée avec ornements en surpeints jaunes sur fond noir. Cette hydrie ressemble à MNC 44 et elle mesurerait 18 cm de haut. L’annotation ajoutée dans la colonne de droite de la concordance nous renseigne sur l’envoi de cet objet à Dresde en 1837. Il s’agit, comme nous avons pu l’établir avec l’aide de Saskia Wetzig, conservatrice au musée de Dresde et de Maiwenn Tonna stagiaire de L3 (UPN), de l’hydrie AB 193 de la Skulpturensammlung, qui est haute de 17,4 cm et porte la marque « P.S. » sur son fond.
  • 1 œnochoé ornée d’une frise circulaire peinte en couleurs diverses sur un fond noir vernissé. La concordance nous apprend le départ à Dresde de cette œnochoé en Gnathia similaire à MNC 74-75, proche des productions du Sidewinder Group et haute de 25 cm. Les descriptions données par Brongniart et le Zugangsbuch de Dresde nous faisaient déjà soupçonner qu’un tel vase (décrit comme à fond noir et à surpeints blancs et violets) avait été échangé avec le musée de Dresde. Les indications fournies par Saskia Wetzig permettent d’identifier ce vase avec AB 289 (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/1493982), vase de Gnathia haut de 24,5 cm. Ce vase pourrait provenir de la Porzellansammlung même s’ils ne porte pas (ou plus?) la marque « P.S. » sur le fond. L’autre candidat possible, l’œnochoé H4 034 / 153 de la Skulpturensammlung est en effet trop petite pour correspondre, puisqu’elle ne mesure que 20,2 cm.
  • 1 askos-outre similaire à MNC 111 et marqué du n° 109. L’indication de dimension (9 cm de hauteur), donnée au sujet de tous les askoi à décor de Gnathia, n’est pas à prendre en considération puisqu’elle ne se vérifie pas au sujet des objets conservés. L’annotation « 1 aux doubles » inaugure ici une longue série d’objets remisés au XIXe siècle, afin de servir de monnaie d’échange avec d’autres collections de céramique. Si ces objets n’ont pas été détruits par les conflits ou échangés depuis, il est probable qu’ils se trouvent encore quelque part à la manufacture.
  • 1 épichysis similaire à MNC 117.1 et 117.2, marquée du n° 114 et haute de 20 ou 21 cm. L’annotation « aux doubles chez M. Robert », bien plus rare que l’annotation « aux doubles ». Comme nous l’a suggéré Louise Detrez, M. Robert pourrait être Louis Robert, peintre, chimiste et physicien, qui arrive à la manufacture en 1843 et succède à son père, Pierre-Rémy Robert comme directeur de la peinture sur verre. Les talents reconnus de chimiste de Louis Robert suggèrent que l’épichysis a été entreposée au laboratoire de chimie de Sèvres. Sur les activités de la famille Robert à Sèvres, cf. Franz Jayot, « L’École de Sèvres », Gazette des archives, 180-181, 1998, p. 19-23 (https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1998_num_180_1_3503): fort de ses compétences multiples, Louis Robert contribue même à la création, dès 1851, d’un laboratoire photographique produisant des calotypes à la Manufacture.
  • 1 guttus à relief portant le n° 116 et envoyé à Dresde en 1837. Il s’agit, comme nous avons pu le montrer avec l’aide de Saskia Wetzig, du guttus AB 334: https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/1490934
  • 1 guttus à versoir en forme de tête de lion similaire à MNC 126 et marqué du n° 119. Ce guttus serait « aux doubles ».
  • 1 lécythe aryballisque godronné similaire aux vases MNC 131 et marqué du n° typologique 123. Ce lécythe est probablement documenté par Lagrenée, sous le n° 4 de la p. 2 de l’album de Copenhague. L’annotation « envoyé à Dresde en 1837 » est malheureusement fausse comme le montre la confrontation avec la l’état des objets envoyés à Dresde et le Zugangsbuch du Porzellanmuseum.
P. 4 de l’album de Copenhague de Lagrenée le jeune: le lécythe aryballisque disparu est ici représenté sous le n°4.
  • 1 lécythe en céramique à vernis noir similaire à MNC 138 et marqué du n° 126. Ce lécythe serait « aux doubles ».
  • 2 lécythes ornés de décor mesurant entre 13 et 16 cm de haut et marqués du n° 127 de la concordance. Ces lécythes seraient « aux doubles ».
P. 9 de l’album de Copenhague de Lagrenée le jeune : le motif en haut à gauche (typique de la céramique de Gnathia, avec sa frise d’oves, son méandre simplifié et l'”Oxford wine”) ne se retrouve sur aucun lécythe de Sèvres connu aujourd’hui ou documenté par les planches du CVA. Pour autant, il figure sur un skyphos (MNC 228.1), ce qui indique que Lagrenée a probablement mêlé les typologies de vases pour compléter certaines de ses planches de décors.
  • 6 lécythes ornés de figures rouges de 8 à 11 cm de haut et marqués du n° 128. Ces vases doivent présenter des similitudes avec les MNC 150 à 154. Plusieurs d’entre eux sont probablement ornés de profils féminins. Ils sont annotés « 6 aux doubles » dans la concordance. Cependant, l’«État des pièces qui ne sont point trouvées» établi en juin 1833 indique que deux petites fioles marquées du n° 128 et considérées comme des « doubles » ont été données « en 1829 et 1830 pour servir aux opérations du laboratoire d’analyse ». L’une de ces pièces au moins était fracturée.
  • 3 lécythes, dont deux réticulés, similaires aux vases MNC 155 et marqués du n° 129. L’entrée n° 129 de la concordance mentionne en effet « 7 petits vases de forme semblable dont 6 à dessin de mosaïque », c’est-à-dire réticulés. L’entrée est annotée « 3 aux doubles ».
  • 1 lécythe cylindrique à décor figuré marqué du n° 130. Ce lécythe serait « aux doubles ». Il s’agit certainement du lécythe que Lagrenée représente dans l’album de Copenhague au n° 25 de sa p. 8. On voit qu’il s’agit d’un lécythe attique à figures rouges représentant une femme à la quenouille (ou au miroir?), typique des productions sérielles réalisées après 450, peut-être dans l’entourage du Peintre d’Icare et du Peintre de la Petite Sirène. On retrouve probablement la dernière mention de ce lécythe dans un tapuscrit du 16 juin 1932 («liste des pièces enlevées pendant l’investissement en 1870-1871»): cette liste mentionne, sous le n°160 (= MNC 160), une « poterie antique, burette (Leuzthus) [sic, pour lécythe!] peinture, femme assise sur un escabeau ». L’information est reproduite d’après la liste des pièces manquant aux collections de l’inventaire de janvier 1881 qui pointe comme manquante une «burette cylindrique, femme assise sur un escabeau, tenant un miroir. Nola». Ce lécythe attique aurait donc disparu pendant le siège de Paris par l’armée prussienne.
P. 8 de l’album de Lagrenée de Copenhague. Le lécythe de gauche correspond vraisemblablement à celui remisé «aux doubles».
  • 1 alabastre en céramique à vernis noir similaire à MNC 163 et marqué du n° 132. Cet aryballe serait « aux doubles ».
  • 1 petite olpé achrome et haut de 9 cm, similaire à MNC 164 et marqué du n° 133. Cette petite olpé serait « aux doubles » et probablement « fracturée » (le mot est difficilement lisible).
  • 1 petite olpé en céramique à vernis noir similaire à MNC 167, de 7 cm de haut et marquée du n° 136. Cette petite olpé serait « aux doubles ».
  • 1 petite olpé godronnée en céramique à vernis noir similaire à MNC 171, de 13 cm de haut et marquée du n° 138. Cette petite olpé serait « aux doubles ».
  • 3 petites olpés en céramique à vernis noir similaires à MNC 172 à 178 et mesurant entre 6 et 10 cm de haut. Elles sont marquées du n° 139. Ces trois olpés seraient « aux doubles », mais le décompte de l’entrée 139 de l’inventaire typologique est douteux car il comportait au départ quinze vases et, si l’on se fie à la concordance, en comporterait encore aujourd’hui 13 ou 14.
  • 1 petite olpé (brocchetta ou boccale) à anse annulaire similaire pour la forme à MNC 180 à 184 et marquée du n° 141 de la concordance. Cette petite olpé serait « aux doubles ».
  • 1 lébès gamikos à figures rouges sans couvercle, similaire aux lébètes MNC 202 à 205 et marqué du n° 147 de l’inventaire. D’après l’annotateur, ce lébès a été détruit (« annulé pour expériences sur le vernis »); cette indication est, au demeurant, confirmée par l’« État des pièces qui ne sont point trouvées » de juin 1833. Le lébès, probablement fracturé, avait été donné pour expériences au laboratoire en 1829 ou 1830. On peut se demander si son décor est documenté par l’une des planches de Lagrenée, par exemple la moitié gauche de la p. 38 (présentée sans indication de forme, mais dont la moitié droite reproduit le décor du skyphos MNC 223), ou encore sur la p. 7 — planche qui est censée illustrer spécifiquement des décors de lébètes gamikoi. En l’état, ce décor correspond très bien à l’une des faces du décor du skyphos MNC 224, mais la forme de ce dernier vase ne correspond pas à l’indication de Lagrenée qui rattache en théorie tous les décors de cette page à des lébètes.
P. 38 de l’Album de Lagrenée. Il s’agit d’un faux déroulé. La moitié droite du décor provient du skyphos 223, mais la source de la moitié gauche n’a pas pu être identifiée. La thématique, liée au mariage, conviendrait bien à un lébès gamikos.
P. 61 de l’Album de Lagrenée. Il s’agit d’un faux déroulé combinant la figure de gauche de l’œnochoé MNC 71 et la figure de droite de la face A de l’amphore MNC 47.
P. 7 de l’Album de Lagrenée. Pour Lagrenée, le n°20 correspond aux lébètes gamikoi. Toutes les scènes figurées (mais pas les frises) ont pu être identifiées sur des lébétès de la collection Denon, sauf le motif en haut à gauche (Éros assis, au miroir) qui correspond à l’une des faces du skyphos MNC 224, mais pourrait aussi bien avoir figuré sur le lébès aujourd’hui détruit puisqu’il s’agit d’un décor assez sériel.
  • 1 canthare étrusque marqué du n° 151 est considéré comme manquant par l’annotateur ; ce canthare est censé présenter des similitudes avec les objets MNC 1234-1235. Les travaux de Marlène Nazarian ont permis de le retrouver tout récemment parmi les objets renumérotés au XXe siècle par Georges Papillon. Il s’agirait du MNC 12549. Or, on constate que le MNC 12550, qui le suit dans l’inventaire, était également un objet de la collection Denon, comme le montre la confrontation entre l’illustration fournie par Lagrenée au n° 38 de la p. 18, les planches du CVA de 1936 (n° 24, pl. 28) et les objets de la « vitrine étrusque » des réserves. Pour autant, la concordance ne permet pas de connaître le numéro typologique du canthare MNC 12550.
  • 5 skyphoi ou canthares ornés de décors divers. L’inventaire des skyphoi et canthares est particulièrement problématique, car les n° 154 à 156 de l’inventaire typologique rassemblent en tout 3 + 24 + 4 = 31 skyphoi et canthares qu’il est difficile de distinguer les uns des autres. Au niveau du n° 154, l’annotateur de la concordance a écrit une indication qui se rapporte à l’évidence au n° 155 : « 19 d’enregistrés, 2 aux doubles, 3 de fracturés », ce qui suppose la destruction de 3 skyphoi ou canthares et le déplacement « aux doubles » de deux autres vases. Pourtant, sous le n° 156, le même annotateur indique « 5 de plus que le nombre indiqué ». Que des skyphoi aient disparu est confirmé par l’album Lagrenée qui porte à notre connaissance les décors surpeints d’au moins 3 skyphoi absents aujourd’hui : voir les décors annotés « ornements du n° 30 » à la p. 14, en haut à gauche (décor du type « canthare de Saint Valentin »), mais aussi en haut à droite (décor de type Gnathia avec frise d’ove bordant la lèvre, ruban à segments pourpres et blancs alternés et motif de vigne), et à la p. 13 en haut (frise de rameaux de laurier, motif de masque féminin à kékruphalos, entouré de « dotted sprays » disposés en pendants, avec des motifs de grappes ou de feuilles – décor qui a probablement servi de source au faussaire qui a réalisé le décor de la petite olpé MNC 117, à moins que Lagrenée ait lui-même réinterprété, embelli et assorti d’une frise de laurier les motifs de MNC 117). Un autre document, «État des pièces qui ne sont point trouvées» établi en juin 1833, indique en outre que l’un des skyphoi, le n° 156.1, aurait été donné à Édouard Odier avec la pélikè 29.1 en échange d’un vase péruvien.
P. 14 de l’Album de Lagrenée: le motif en haut à gauche n’a pas de parallèles aujourd’hui dans la collection Denon, mais correspond à des décors surpeints réellement attestés sur plusieurs canthares de Saint Valentin et sur leurs imitations par le groupe de Xenon. De même le motif en haut à droite évoque un skyphos de Gnathia posé à l’envers, sur la lèvre, avec motif d’oves, de bandelette teinte en pourpre et blanc et vigne. Dans la typologie de Lagrenée, le n°30 correspond au skyphos.
P. 14 de l’Album de Lagrenée: le motif supérieur n’a pas de parallèles aujourd’hui dans la collection Denon. Il s’agirait donc d’un skyphos à décor de Gnathia avec masque féminin. Le décor peut évoquer les productions du “Dotted Spray Group” avec masque de prostituée (voir notamment Tarente, MARTA, 143507 et 143510; Paris, musée du Louvre, K 607; Limoges, musée A. Dubouché, 79-03; Toronto 534)
  • 3 coupelles monoansées semblables aux vases MNC 241 (cette entrée porte l’annotation « 3 de mises aux doubles »).
  • 2 coupes à vernis noir sur pied haut à vernis noir semblables aux vases MNC 249 et marquées du n° 249 (cette entrée porte l’annotation « 2 aux doubles »).
  • 2 kylikes à vernis noir à pied bas, dont 1 à décor peint ou surpeint et 1 simple ou à décor d’estampilles. Elles sont marquées du n° typologique 162 comme 9 autres coupes. Cette entrée porte l’annotation « 2 aux doubles dont une chez M. Robert ». Dans la mesure où Louise Detrez a pu photographier une kylix à décor de palmette surpeint (probablement attribuable au Groupe de Xenon) dans le laboratoire, on peut faire l’hypothèse que cette coupe n’est autre que la kylix à décor peint considérée comme un « double » dans la concordance. Cet élément tend à confirmer que « M. Robert », probablement le chimiste Louis Robert, occupait un poste de responsabilité au laboratoire de chimie lors de la réalisation des annotations portées sur la concordance.
  • 2 plats ou patères dont 1 à figure rouge et 1 en céramique à vernis noir, considérés comme des doubles des vases MNC 269-271 et marqués du n° typologique 173. Leur diamètre serait compris entre 13 et 17 centimètres. L’entrée porte l’annotation « deux aux doubles ».
  • 9 coupelles simples ou concavo-convexes à vernis noir, considérées comme des doubles des vases MNC 273 et marquées du n° typologique 175. Cette entrée comportait en effet « Dix-sept pièces en forme de soucoupe vernissées en noir, lesdites pièces très épaisses ». L’annotation portée sur cette entrée est la suivante : « 8 conservées, 7 aux doubles, 2 absentes ».
  • 3 coupelles simples ou concavo-convexes à vernis noir, considérées comme des doubles des vases MNC 274-275 et marquées du n° typologique 176. Cette entrée comportait en effet « Sept pièces de forme de salière, dont quatre avec cotes en relief, toutes vernissées en noir ». L’annotation portée sur cette entrée est la suivante : « 4 conservées, 2 aux doubles, 1 absente ».
  • 1 cothon ou exaleiptron en céramique achrome avec décor brun, marqué du n° 180, de 14 centimètres de diamètre et similaire à MNC 281. Cette entrée porte l’annotation « 1 envoyée au musée de Dresde en 1837 ». Cette entrée de la concordance nous fournit enfin les indications voulues pour retrouver la cinquième pièce de la collection Denon envoyée à Dresde, dont nous savions jusqu’alors qu’elle était une coupe basse à rebord aplati, terre jaunâtre et décor brun. La Skulpturensammlung compte trois vases pouvant correspondre à cette description. Il s’agit d’exaleiptra corinthiens du VIe s. av. J.-C.: Dr 111, K 1264 et AB 310 qui semble le candidat le plus probable au vu de sa ressemblance avec le MNC 281 (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/1163305). Après vérification, Saskia Wetzig a pu nous confirmer qu’AB 310 venait de Sèvres: son fond porte la marque “P.S.” de la Porzellansammlung et même une inscription au crayon “Sèvers” [sic].
  • 1 skyphos à vernis noir haut de 18 cm et marqué du n° 188 de la concordance. Cette pièce est probablement détruite, car elle porte l’annotation « fracturé [?] aux doubles ».
  • 6 vases miniatures, mesurant de 4 à 7 centimètres et marqués du n° 189 de la concordance. Cette entrée comportait en effet « vingt petites pièces » qui correspondraient aujourd’hui aux numéros MNC 288 à 290, mais aussi à l’un des MNC 1234. Le seul candidat plausible en MNC 1234 est l’amphorette étrusque, ce qui nous renseigne du même coup sur l’absence de cohérence de la série qui rassemble plusieurs vases considérés comme miniatures ou comme des jouets d’enfants, sans prêter attention à leurs provenances séparées. La dînette de la tombe d’enfant de Bari est ainsi mélangée à 1 pièce étrusque et peut-être à d’autres pièces apuliennes provenant de contextes différents. L’annotateur nous indique le remisage de six vases (« 6 aux doubles »), et Lagrenée nous permet de connaître l’aspect de 2 à 4 vases du lot. Son album documente, à la p. 5, deux nestorides miniatures qui n’ont pas d’équivalents dans l’actuelle collection Denon (p. 5, en bas à gauche et en bas au centre), et peut-être aussi deux vases de la dînette de Bari, très proches de vases encore conservés. En effet, l’amphore miniature 288.5 ne correspond pas pleinement au n°14 de la p. 4 de Lagrenée: d’une part, l’engobe rouge n’est pas reproduit; d’autre part la forme des anses ne coïncide pas complètement. Ces divergences pourraient indiquer qu’un des vases mis aux aux doubles serait l’amphore miniature que Lagrenée reproduit sous le n° 14. L’indication “deux pareils”, qui se rapporte au n° 13 de la p. 4, nous permet quant à elle de comprendre qu’une autre coupe à pied haut miniature, similaire à MNC 288.12, avait été remisée “aux doubles”.
P. 5. de l’Album de Lagrenée: les deux nestorides miniatures, en bas à gauche et en bas au centre, ne sont plus conservées aujourd’hui avec les autres pièces de la collection Denon.
  • 5 des trente-huit lampes Denon connues par l’inventaire de l’an 14 seraient « aux doubles » selon l’annotateur qui écrit « 4 aux doubles, 1 en plus » et corrige finalement le chiffre 4 en chiffre 5. La concordance précise que ces 38 lampes portent le n° typologique 190 et que 14 d’entre elles sont ornées de reliefs. L’idée que 4 lampes ont été mises aux doubles explique que les inventaires suivants ne mentionnent plus que 34 lampes Denon. Le problème est que ces lampes sont aujourd’hui conservées dans la même caisse que 17 autres, d’origine inconnue, et qu’on ne sait pas si les 4 ou 5 lampes considérées comme « doubles » au XIXe siècle ont, ou non, été réintégrées au groupe depuis l’annotation de la concordance.
  • 1 couvercle rond à vernis noir d’un diamètre de 12 cm portant le n° typologique 191. Cette entrée porte une indication très peu lisible : « annulé au laboratoire (?) (…) des analyses (…) vernis ». On comprend donc que cet objet a été détruit à la suite des expériences effectuées pour connaître la composition de son vernis. Cette indication est confirmée par l’« État des pièces qui ne sont point trouvées » de juin 1833.

Enfin, on soulignera que l’annotateur pouvait encore constater la présence, dans la collection, d’une statuette en terre cuite de 13 cm de haut, le MNC 292 (n° typologique 192), que nous venons de localiser parmi les objets sans numéros. L’inventaire technique permet de savoir qu’il s’agit d’un « génie funèbre, le corps drapé d’une longue draperie ; terre cuite brun roussâtre ». Cette description correspond au n° 163, p. 15 de la Description méthodique de Brongniart et Riocreux : « Statuette : génie funèbre, le corps en partie drapé, pâte rougeâtre. 13 cm ». Cette description nous a permis d’identifier MNC 292 avec une statuette haute de 13 cm qui représente probablement un Dionysos juvénile, demi-vêtu et coiffé de lierre, et partageant certaines caractéristiques iconographiques avec le dieu-enfant Harpocrate. Un examen attentif de l’arrière de cette statuette a révélé la présence d’un numéro 292 écrit à l’encre, mais très petit et presque entièrement effacé.

La disparition ou destruction d’autres pièces, vues par l’annotateur de la concordance et heureusement documentées, depuis, par M. Massoul, est également à déplorer. Ainsi pour le lécythe MNC 152, brisé accidentellement en 1932, mais gravé par Venuti et photographié pour le CVA, qui était orné d’un délicat décor de Gnathia représentant un oiseau posé sur une feuille de vigne au milieu de rinceaux (ce lécythe, qui présente des ressemblances fortes avec celui de Mannheim, Reiss-Museum, CG428, pourrait être attribué au Peintre de la rose ou au Groupe de Stockport). Une autre pièce aujourd’hui introuvable est l’aryballe pyriforme étrusco-corinthien (?) à décor géométrique MNC 258.2, illustré dans le CVA. De même pour le lécythe aryballisque à décor réticulé MNC 162, également photographié pour le CVA. Nous manquons aussi d’informations pour les coupes sur pied haut à anses MNC 243.2 et sans anses MNC 249.1 et 251.1 (cette dernière portait un décor d’estampilles).

En face de ces pièces manquantes, plusieurs pièces sans numéro (S.N. 1054) ou renumérotées au début du XXe siècle car retrouvées à Sèvres sans indications ou numéro d’inventaire pourraient correspondre à des objets Denon. En plus du petit plat à figures rouges 1054 (tête féminine coiffée d’un sakkos), on note la présence d’une grande phiale apulienne (diamètre: 42 cm) avec une Nikè (MNC 12162), d’une coupe en vernis noir sur pied haut, sans anses et haute de 6 cm (MNC 12553 = Massoul, 1936, n°29, pl. 49), d’une coupe à deux anses en vernis noir (MNC 12545), et de MNC 12548 (coupe surbaissée, avec décor d’estampilles – guillochis et rosaces – de diamètre 16 cm que Massoul, 1936, n° 13 et 20 pl. 50, propose d’associer au MNC 251.1 manquant). MNC 12553 pourrait avoir servi d’inspiration, après agrandissement ou par la médiation du dessin, pour le “compotier à pied élevé 1825” (n°11, pl. 4 du tarif, cote A.M.N.S. Y22). MNC 12548 pourrait bien être MNC 251.1. De même, MNC 12553 pourrait éventuellement être MNC 243.2 (les indications de dimension de l’inventaire chronologique sont inutilisables car illisibles ou plutôt erronées : “diamètre moyen 1,6” (m). En revanche, les autres objets semblent avoir été séparés plus tôt du reste de la collection. Les décors à figures rouges du plat et de la grande phiale rendent très plausible leur appartenance à la collection Denon. Ils possèdent en effet des parallèles pour l’iconographie avec les objets retrouvés à Norba-Conversano (cf. la tombe 2-1979 de Via Iapigia) qui ont de nombreux frères et “jumeaux” dans la collection Denon.

Pour résumer, nous avons pu retrouver plusieurs « absents » : 1 (ou 2 ?) canthares étrusques, temporairement privés de leurs numéros d’inventaire, sont encore conservés au musée de Sèvres avec les autres objets étrusques (MNC 12549 et 12550). Nous avons également pu identifier avec certitude 5 des 6 vases partis à Dresde (un cratère en cloche, un guttus, une petite hydrie godronnée, une œnochoé en Gnathia et un cothon). Il est probable que MNC 12548 soit en fait MNC 251.1. Quatre autres objets renumérotés entre 1903 et aujourd’hui pourraient appartenir à la collection Denon, mais en auraient été séparés très tôt.

Quelques-unes des pièces perdues pourraient encore se trouver dans les murs de la manufacture. Par exemple, le laboratoire (« M. Robert ») aurait reçu, au XIXe siècle, au moins six vases Denon, dont deux ne semblent pas avoir été détruits lors des expériences, si nous nous fions aux archives que nous avons consultées à ce jour : il s’agit d’une épichysis et d’une kylix à décor surpeint. Cette dernière s’y trouvait encore il y a quelques années, selon les indications fournies par Louise Detrez qui a pu photographier cet objet privé de toute marque d’inventaire. Quant aux « doubles », ils auraient reçu jusqu’à 49 vases Denon : 1 askos-outre (peut-être à décor de Gnathia ?), 1 guttus godronné à versoir en forme de tête de lion, 1 lécythe en céramique à vernis noir, 8 lécythes à décor à figures rouges ou surpeint (2 grands lécythes et 6 petits), 3 lécythes réticulés, 1 alabastre à vernis noir, 1 olpè godronnée à vernis noir, 4 (?) olpès à vernis noir, 1 olpè à anse annulaire (brocchetta ou boccale), 6 (?) skyphoi et canthares (dont 5 de taille moyenne et 1 grand fracturé et peut-être détruit), 3 coupelles monoansées, 2 coupes sur pieds hauts, 1 coupe sur pied bas à vernis noir, 2 plats (dont 1 à figures rouges et 1 à vernis noir), 9 coupelles simples ou concavo-convexes, 6 vases miniatures, 4 ou 5 lampes. Le destin de ces vases remisés aux “doubles” est inconnu au XXe siècle: certaines caisses de doubles ont été rayées de l’inventaire sous l’occupation, en 1942, mais les caisses d’antiquités ne semblent pas faire partie du lot.

Ces objets remisés aux doubles n’ont que peu de chances d’être retrouvés, même endommagés, et c’est aussi le cas d’autres objets, détruits ou volés pendant les conflits mondiaux, comme le lécythe attique à figures rouges représentant un femme à la quenouille ou au miroir qui disparut lors du siège de Paris. S’ajoutent au cas de ce lécythe différents objets détruits ou perdus en raison d’expériences ou de manipulations. Trois coupelles simples ou concavo-convexes avaient déjà été perdues à l’époque où l’annotateur procédait au récolement de la collection. Deux objets (un lébès et un couvercle) auraient été détruits (et consécutivement rayés de l’inventaire) lors d’expériences menées sur leur vernis. On sait aussi que deux lécythes, peut-être déjà comptés parmi les «doubles», ont été confiés au laboratoire pour expériences, probablement parce que l’un deux au moins était déjà endommagé. D’autres objets ont été dispersés : deux objets (1 pélikè à figure rouge et 1 lécythe aryballisque à godrons) passent, aux yeux de l’annotateur de la « concordance », pour avoir été envoyés à Dresde alors que nous savons que ce ne fut pas le cas. Nous savons que la pélikè a en réalité été donnée au peintre Édouard Odier, dans le cadre d’un échange, et qu’elle était alors accompagnée de l’un des skyphoi ou canthares considéré comme « double ». Il se peut que le lécythe godronné ait lui aussi fait l’objet d’un échange mal documenté.

En considérant les fiches micromusées et le CVA de 1936, nous pouvons dire qu’environ 435 objets sur les 499 connus par l’inventaire de l’an 14 sont aujourd’hui documentés de manière individuelle (ne fût-ce que par un descriptif très fruste, parfois directement emprunté à Brongniart et Riocreux) : ces objets ont été, dans leur grande majorité, photographiés et étudiés par Madeleine Massoul dans le CVA de 1936, même si un petit nombre d’entre eux demeurent aujourd’hui introuvables. Si nous leurs ajoutons les quelques 52 objets remisés « aux doubles » et « chez M. Robert », ainsi que les six vases véritablement partis à Dresde, nous arrivons à un total de 493 objets. Si nous ajoutons encore au total les 8 à 11 objets dispersés, perdus ou détruits (pélikè et skyphos donnés à É. Odier, lécythe supposément « envoyé au musée de Dresde » et objets manquants ou détruits dès le XIXe siècle), nous arrivons même à 501 ou 504 objets, avec une incertitude liée au fait que trois objets (deux lécythes et un skyphos) ont pu figurer aussi bien dans la liste des objets détruits ou dispersés. Un objet considéré comme perdu par l’annotateur a en revanche été retrouvé: précisons que nous avons d’ailleurs retrouvé, grâce à l’album de Lagrenée, deux canthares étrusques (MNC 12549 et 12550) là où l’annotateur de la concordance n’en recherchait qu’un seul, ce qui plaide pour une perte très précoce de ces vases. Nous ne sommes donc plus très loin du total de 525 objets arrivés à Sèvres en 1786.

Les recherches devront être poursuivies sur le site de Sèvres: qu’est devenue la section des «doubles» après le déménagement de la manufacture vers son site définitif ou lors des conflits? Quels objets sont encore conservés au laboratoire de chimie? Nous devrons aussi procéder à une série de vérifications dans les archives du musée et de la manufacture, en dépouillant les listes d’objets détruits, échangés, donnés et prêtés.

Les résultats préliminaires présentés dans ce billet s’appuient en partie sur des travaux préparatoires effectués par Florence Le Bars, Marlène Nazarian, Maiwenn Tonna et sur une série de documents repérés par Anaïs Boucher, Louise Detrez et Saskia Wetzig. Que toutes soient ici remerciées pour leurs contributions décisives à l’avancement du projet!

Évelyne Prioux



Citer ce billet
Évelyne Prioux (2022, 1 décembre). Wanted! ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/alby

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search