Des vases Denon provenant de la collection Mastrilli

Le Getty conserve un traité manuscrit sur les vases antiques intitulé Spiega di vasi antichi. Rédigé vers 1755, ce traité reproduit au moyen de dessins à l’encre et d’aquarelles les vases de la collection du collectionneur napolitain Felice Maria Mastrilli, connue à Naples sous le nom de Museo Mastrilliano ou Museo Nolano. Dans ce traité, diverses contributions de Mastrilli et d’autres savants tentent d’expliquer l’iconographie de ces vases.

Ce manuscrit ne donne toutefois pas une image complète de la collection Mastrilli, car il ne reproduit qu’une grosse moitié des 400 vases initialement compris dans cette collection. Deux autres pièces de la collection Mastrilli, non reproduites dans ce manuscrit, sont aujourd’hui connues grâce à des dessins conservés à la Biblioteca Oliveriana de Pesaro (mss  294–295) et publiés par M.-E. Masci (Picturae Etruscorum in Vasculis. La raccolta Vaticana e il collezionismo di vasi antichi nel primo Settecento, Rome, 2008) : ces autres dessins faisaient partie d’un travail préparatoire pour les Picturae Etruscorum in Vasculis de Passeri qui n’en reprennent qu’une sélection dans la version imprimée.

http://hdl.handle.net/10020/850165
Lien vers le traité Spiega di vasi antichi numérisé.

À la mort de Felice Maria Mastrilli, la collection est héritée par Giovanni Battista Barberi puis par Giuseppe Maria di Palma qui en dressa un inventaire partiel en 1766 (le manuscrit en est conservé dans les Carte Farnese et reproduit dans les Documenti inediti per servire alla storia dei musei d’Italia, 1878-1880, I, p. IX-XI, 147-165). La même année, alors que Denon n’était pas encore Italie, plusieurs vases de la collection Mastrilli entrèrent dans la collection Hamilton, d’où ils allaient rejoindre la collection du British Museum (cf. C. Lyons, «The Museo Mastrilli and the culture of collecting in Naples»,  Journal of the History of Collections , 4, 1992, p. 1–26). C’est en raison de cette vente importante à Hamilton, pour laquelle le marquis de Palma n’aurait pas sollicité d’autorisation, que le roi de Naples fit placer, la même année, le reste de la collection sous séquestre (Masci, 2009, p. 75).

Le marquis tenta par la suite de donner, ou plutôt de vendre sa collection au roi de Naples qui n’en voulut point, à l’exception de quelques pièces. Il n’est donc pas facile de comprendre comment d’autres vases de la collection ont ensuite quitté le royaume de Naples (cf. L. Di Franco, S. La Paglia, «”Acciò non uscissero dal Regno”: le antiquitates di Giovanni Carafa duca di Noja da museo privato a patrimonio dello Stato», in L’Antichità nel regno. Archeologia, tutela e restauri nel Mezzogiorno preunitario, p. 114). Toujours est-il que Hamilton parvint à en obtenir une bonne partie et que certains vases ont été acquis, plus tardivement, par la grande duchesse Maria Fyodorovna et par le général Nikolay Khitrovo, et se trouvent, aujourd’hui, dispersés dans des collections patrimoniales de Russie et d’Ukraine (voir Anna Petrakova & Catherine Phillips, «Ancient vases from the Mastrilli collection in Russia», Journal of the History of Collections, 29-1, 2017, p. 45–65).

Avant Maria Fyodorovna, d’autres collectionneurs, dont Denon, ont réussi à faire l’acquisition d’une partie des vases de l’ancien musée Mastrilli: Claire Lyons a en effet justement remarqué que trois vases de Sèvres provenaient certainement de cette collection, à savoir les MNC 39-40, 47 que l’on peut respectivement comparer aux illustrations figurant sur les folios 197r, 128r et 174r du manuscrit du Getty.

Hydrie MNC 39 (Photographie L. Detrez).
f° 197r du manuscrit du Getty
Hydrie MNC 40 (cliché L. Detrez)
Manuscrit du Getty, f° 128r.
Amphore MNC 47. Cliché L. Detrez.
f° 174r du manuscrit du Getty.

Il sera intéressant de confronter MNC 47, aux surfaces partiellement effacées, au dessin extrêmement précis des détails du même vase sur le f° 174r du manuscrit du Getty. Le dessinateur a-t-il été trop optimiste ou pouvait-on lire au XVIIIe siècle des rehauts aujourd’hui partiellement effacés?

Une confrontation à nouveaux frais entre la collection Denon et le manuscrit du Getty permet d’ajouter quelques vases aux grandes formes déjà repérées par Claire Lyons. Si l’on s’intéresse aux petites formes on peut en effet remarquer la présence, dans la collection Mastrilli, d’autres vases qui sont des jumeaux de pièces contenues dans la collection Denon. Pour autant, il est impossible d’affirmer avec certitude que ces vases appartenant à des productions assez sérielles viennent de la collection Denon et non d’une autre collection ou d’un site où Denon aurait procédé à quelques pillages.

Canthare dit “de Saint Valentin”, MNC 210.

Un canthare attique en céramique surpeinte, dit “de Saint Valentin”, le MNC 210, possède ainsi un jumeau dans la collection Mastrilli. Ce dernier est reproduit aux f° 17r et 29r.

f° 17r du manuscrit du Getty.

De même, un ou plusieurs skyphoi de la collection Denon, qui présentent une anse verticale et une anse horizontale et sont ornés, sur leurs deux faces, d’une chouette, pourrai(en)t éventuellement provenir de la collection Mastrilli (MNC 239.1 et 239.2). Le manuscrit du Getty reproduit en effet par deux fois un skyphos de ce type, aux f° 20r et 263r.

Skyphos MNC 239.2 (cliché L. Detrez).
f° 263r du manuscrit du Getty

Il se peut aussi que le guttus à tête de lion MNC 126 de la collection Denon soit lui aussi issu de la collection Mastrilli où il possède un jumeau (cf. ms du Getty f° 69r). La fréquence de telles productions impose toutefois la prudence.

Plus assurées sont les comparaisons qu’on peut établir entre un aryballe corinthien et deux lécythes attiques de la collection Denon et les vases représentés sur un autre folio du manuscrit du Getty.

f° 220 du manuscrit du Getty

On reconnaît, en haut, tout à gauche, un lécythe attique représentant une femme à la quenouille (ou au miroir?), sans doute attribuable à l’entourage du Peintre d’Icare ou du Peintre de la Petite Sirène. La ressemblance avec le MNC, un lécythe de la collection Denon (MNC 160) détruit lors du siège de Paris, mais heureusement dessiné par Jean-Jacques Lagrenée dans son Album de Copenhague est particulièrement saisissante.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DSC02279-500x375.jpg.
P. 8 de l’album de Copenhague de J.-J. Lagrenée.

Sur la même page du manuscrit du Getty, on reconnaît aussi, en bas à droite, MNC 158, également dessiné par Lagrenée sur la p. 8 de son Album de Copenhague et toujours conservé aujourd’hui à Sèvres.

MNC 158 (cliché L. Detrez).

Juste à côté de MNC 158, le folio du Getty nous montre très probablement l’aryballe corinthien MNC 286.1 orné d’un bouc.

MNC 286.1 (cliché L. Detrez)

De même, le lécythe MNC 137 de la collection Denon se confond vraisemblablement avec le vase représenté sur le f°204r du manuscrit du Getty. Au sujet de ce vase, il est intéressant de remarquer que le pavillon en trompette et le haut du col présentent une restauration similaire à celle effectuée sur plusieurs lécythes de la collection Denon. Sur le manuscrit du Getty, la forme semble entière, mais le col est peut-être un peu plus bas. On peut se demander quel était l’état réel de conservation de l’objet lorsqu’il fut dessiné dans la collection Mastrilli.

Lécythe MNC 137 (cliché L. Detrez)
f°204r du manuscrit du Getty

En revanche, malgré une certaine ressemblance avec le cratère à colonnettes du f° 136r du manuscrit du Getty, le cratère à colonnettes MNC 4 ne provient pas, a priori, de cette collection. Les deux objets sont stylistiquement proches. On voit, dans les deux cas, un vase orné sur ses deux faces d’un profil féminin paré d’une coiffe qui laisse les cheveux sur le front dégagés, tandis que l’arrière de la tête est entièrement recouvert, deux pans de tissu ayant été rassemblés dans un nœud. C’est le décor annexe qui permet de se rendre compte qu’il ne s’agit pas du même vase: la frise de lierre et la frise d’ove sont similaires, mais le vase de la collection Mastrilli présente, en plus, des frises de points de part et d’autre d’un filet noir qui forment des montants verticaux encadrant les portraits féminins.

MNC 4 (cliché L. Detrez)
f° 136 r du manuscrit du Getty

É. Prioux


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Évelyne Prioux (29 mai 2022). Des vases Denon provenant de la collection Mastrilli. ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/albs


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search