À la recherche des vases Denon partis à Dresde en 1837

Une partie des vases antiques du Musée de Sèvres, dont plusieurs vases de la collection Denon, ont fait l’objet d’un échange, en 1836-1837, avec le musée de la porcelaine du Palais du Japon à Dresde (cf. Maureen Cassidy-Geiger, « Des porcelaines de Meissen pour le musée de la Céramique de Sèvres, 1808-1875 », dans Aa. Vv., Un cabinet de porcelaines : porcelaines de Saxe dans les collections publiques parisiennes : Musée des beaux-arts de Dijon, 16 juin-1er octobre 2001, Dijon : Musée des Beaux-Arts, 2001, p. 25-31). Alexandre Brongniart, directeur de la manufacture de Sèvres, cherchait en effet à acquérir des porcelaines de Meissen pour le musée de Sèvres et conclut, à cette fin, un échange avec Gustav Klemm, directeur du musée de la porcelaine (Porzellanmuseum) de Dresde.

C’est ainsi que trois caisses d’objets issus du musée de Sèvres parvinrent à Dresde à l’été 1837. Des objets antiques, considérés comme faisant doublon avec d’autres œuvres du musée de Sèvres, faisaient partie de l’envoi destiné au Palais du Japon. En 1875, les collections du musée de la porcelaine sont réparties entre plusieurs institutions : les pièces modernes rejoignent le Johanneum, tandis que les pièces antiques entrent dans l’Antikensammlung de l’Albertinum. Déplacées et protégées, une grande partie des collections céramiques semblent avoir échappé aux bombardements de 1945 qui n’endommagèrent qu’assez peu l’Albertinum. Pillés par les Soviétiques en 1945, les trésors de la ville sont restitués en 1950, ce qui laisse ouverte la possibilité de retrouver, aujourd’hui, des objets de la collection Denon dans la Skulpturensammlung de Dresde.

Quoi qu’il en soit, il est couramment admis que les objets issus du musée de Sèvres et plus particulièrement de la collection Denon ne peuvent être identifiés, faute d’avoir été précisément décrits et d’avoir suffisamment retenu l’attention des savants qui étudièrent, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, les collections de Dresde. Les volumes du CVA de Dresde ne mentionnent d’ailleurs pas le fait que certains objets, transférés du Porzellanmuseum du Palais Japonais à l’Albertinum en 1875, pourraient provenir de la collection Denon.

Les archives de Sèvres (4W644) conservent, entre autres documents relatifs à cet échange, un état, daté du 21 juin 1837, des objets partis à Dresde.

Les entrées 1 à 5, qui regroupent six vases sont susceptibles de provenir de la collection Denon, avec l’étrange indication de provenance « des tombeaux grecs des environs de Nola » :

« 1. Deux vases, forme dite Campana, sujets de figures peintes en réserve dans un fond noir.

2. 1 vase à une anse (Hydrie) fond noir à peintures blanches et violettes, superposées

3. 1 petit vase cannelé à 3 anses, fond noir, peintures jaunes superposées.

4. 1 petit vase de toilette fond noir, avec une tête en relief de Jupiter

5. 1 coupe en terre jaunâtre, frise et filets en noir.»

Nous disposons aussi de courtes notices qui figurent, en date du 29 juillet 1837, dans le catalogue des acquisitions du musée de la porcelaine de Dresde (Zugangsbuch 1833-1876, n° 352, p. 20-23, Tausch 1837). Les entrées correspondant aux cinq premières entrées de la liste de Sèvres sont les suivantes (nous traduisons) :

696. Vase antique, forme a campana, figures en réserve sur fond noir, scène bachique sur la face antérieure, figures en manteau sur la face postérieure,

697. Vase antique, forme, dimensions et décor semblables,

698. Pot noir à anse, décor blanc et violet,

699. Vase noir cannelé à deux anses, décor brun peint,

700. Petit arrosoir à fond noir, avec une tête de Jupiter en relief, (les n° 696-701 proviennent de tombes de Nola.)

701. Coupe peu profonde à anses, jaune pâle, [mot illisible] brun, bord recourbé.

Malgré leur caractère laconique ces courtes notices livrent quelques informations qui ouvrent la voie vers une identification des pièces. On peut les comparer, avec profit, avec les indications, non moins frustes, qui figurent dans la description que Gustav Klemm livre, en 1841, de la salle 17 du musée de la porcelaine du palais du Japon, dont il est alors le directeur (Gustav Friedrich Klemm, Die Königlich-Sächsische Porzellan- und Gefässe-Sammlung nebst dem Specksteincabinet und dem Buddha-Tempel im Japanischen Palais zu Dresden; ein Leitfaden für Beschauer, Dresde : Walther, 1841 [https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/1737417]).

Les deux cratères en cloche

La description des numéros 696 et 697 laisse penser qu’il s’agit de cratères en cloche (« a campana ») ; la mention de « bacchanales sur la face antérieure » et « figures en manteau sur la face postérieure » permet de cerner plus précisément de quels vases de Dresde il pourrait s’agir. Klemm mentionne, dans son guide, la présence de « drei Vasen von Glockenform ‘a campana’ und zwei Krüge mit Henkeln, welche sämmtlich auf schwarzem Grunde gelbe Malerei zeigen ; es sind bakchische Scenen, z. B. ein Satyr, der neckend eine Bakchantin umhüpft, u. dergl. » (« trois vases en forme de cloches « a campana » et deux cruches à anses qui, tous, présentent des figures jaunes [!] sur fond noir ; il s’agit de scènes bachiques, par exemple un satyre qui sautille avec facétie autour d’une Bacchante et autres scènes similaires »).

Parmi les cratères en cloche du CVA de Dresde vol. I qui répondent à cette description, il en est trois qui pourraient provenir de la Porzellansammlung du Palais Japonais. Le candidat qui correspond le plus précisément à la description de Klemm est le vase Dr. 353 (= AB 345) qui présente, sur une de ses faces, deux jeunes gens vêtus de manteaux et, sur l’autre face, un Satyre et une Ménade munis de thyrses. Pour autant, le léger mouvement du Satyre n’est pas le sautillement facétieux décrit par Klemm. Attribué au peintre d’Amykos, actif vers 400 av. J.-C. dans un atelier de Métaponte, ce vase est réputé provenir de la collection de l’archéologue Otto Magnus von Stackelberg (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/861746). On notera toutefois que la collection Stackelberg était conservée, avec les vases venant de Sèvres, au musée de la porcelaine du Palais Japonais et qu’il y a pu y avoir une certaine confusion entre les pièces des deux collections. Klemm, qui n’évoque pas la provenance française d’une partie des vases, a pu induire ses lecteurs en erreur en indiquant qu’une grande partie des vases de la salle 17 provenaient de la collection von Stackelberg (Gustav Friedrich Klemm, Die Königlich-Sächsische Porzellan- und Gefässe-Sammlung, note p. 155) : on peut se demander si d’autres éléments appuyant l’indication selon laquelle ce cratère en cloche viendrait de la collection Stackelberg plutôt que de la collection Denon existent par ailleurs. Dans la mesure où ce cratère n’est pas mentionné dans l’ouvrage de C.E. Heinrich qui dresse l’inventaire de la collection Stackelberg, on peut au moins douter de la validité de l’information qui figure dans le CVA (Catalogue d’une riche collection d’antiquités égyptiennes, grecques et du Moyen Âgequi composent le cabinet de feu Monsieur le Baron Otto Magnus de Stackelberg dont la vente se fera le lundi 4 septembre 1837 à Dresde, Dresde, 1837).

Un autre candidat possible est le cratère en cloche Dr 378 (= AB 311), lui aussi conservé avant 1875 au Palais du Japon, et qui représente sur une face un couple formé d’un jeune homme et d’une jeune femme, et sur l’autre, des jeunes gens en manteaux (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/857587). Attribué au groupe de Genève 2754 et daté entre 360 et 350 av. J.-C., ce vase a de très fortes chances d’être l’un des deux cratères en cloches partis à Dresde. Un élément de confirmation décisif nous est en effet fourni par une nature morte de Jan Van Os, peintre hollandais qui travailla plusieurs années à la manufacture de Sèvres et qui représente ce vase dans l’angle supérieur gauche d’une nature morte peinte pendant ses années sévriennes et aujourd’hui conservée au Rijksmuseum à Amsterdam (SK A 1104).

Georgius Jacobus Johannes van Os, Nature morte au gibier et à la stèle grecque: allégorie de l’automne, 1818. Amsterdam, Rijksmuseum, SK A 1104 © Rijksmuseum.

Un troisième candidat mérite aussi de retenir toute l’attention : il s’agit du cratère en cloche Dr 516 (= AB 312). On note que ce vase représente sur une face une scène de thiase et, sur l’autre, des jeunes gens en manteau (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/857598). Un tel vase s’inscrirait parfaitement dans les productions acquises par Denon, puisqu’il est dû au peintre de Wolfenbüttel (350-340 av. J.-C.), un associé du peintre de Varrese dont Denon possédait un vase. Malheureusement, le CVA de Dresde vol. I ne donne aucune indication de provenance pour ce vase; de plus, selon les informations aimablement communiquées par la Skulpturensammlung de Dresde, il ne porte pas la marque “P. S.” de la Porzellansammlung sur le fond, mais l’absence de cette marque ne permet pas d’affirmer avec certitude que ce vase n’est pas passé par le Japanisches Palais. En effet, le CVA précise au sujet de ce vase que son pied, cassé, a été refait. Si cette restauration est postérieure à l’arrivée du vase à Dresde, elle aurait effacé toute trace d’un numéro d’inventaire précédent présente sur le pied. Il est donc parfaitement possible que ce cratère en cloche soit le deuxième objet expédié à Dresde.

Ainsi, le vase Dr 378 est certainement l’un des deux cratères en cloche partis à Dresde en 1837. L’identification du second cratère en cloche est plus délicate car, à chaque fois, un élément ne concorde pas, sans pour autant être décisif : pour le vase Dr 353, le problème tient à l’idée exprimée par le CVA qu’il proviendrait de la collection Stackelberg, jadis conservée dans le même espace que la collection Denon et apparemment confondue avec elle ; pour le vase 516, enfin, le problème tient au fait qu’il est présenté, dans le CVA, sans aucune indication de provenance, mais cet état de fait peut être lié à la restauration de son pied, peut-être survenue à Dresde même. Ajoutons enfin que les dimensions de ces trois cratères en cloche sont comparables, ce qui ne permet malheureusement d’en éliminer aucun (on sait en effet que les deux vases venant de la collection Denon avaient des dimensions semblables, selon le registre des entrées de la Porzellansammlung).

Les indications de provenance conduisent en revanche à éliminer les vases Dr 376 et 517, qui viennent de la collection Sayn-Wittgenstein (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/857591), ainsi que le vase Dr 375 conservé à Dresde dès le XVIIIe siècle, où le sautillement du Satyre autour de la Ménade est pourtant bien plus facétieux que sur les autres vases (https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/861775)…

Céramique à vernis noir: œnochoé ou olpé, vase de Gnathia à godrons et guttus

Concernant le mystérieux « arrosoir » n° 700, un rapprochement s’impose avec l’une des indications données par Klemm dans son guide de visite : juste après avoir mentionné les cratères en cloche à sujet dionysiaque, le conservateur de Dresde évoque des « burettes à vernis noir dont une est ornée d’un masque de Zeus, l’autre d’un masque de Satyre et la troisième d’un tigre en relief » (« schwarzglasierte Oelkännchen, deren eins mit der Maske des Zeus, das andere mit der eines Satyr, das dritte mit einem Tiger in Relief verziert ist »). La première de ces trois « burettes » présente donc le même motif, assez rare, que l’« arrosoir » provenant du musée de Sèvres. La description du vase fait penser à un guttus orné d’une applique en relief et l’on connaît effectivement plusieurs guttus ornés d’une protomé représentant une tête barbue souvent interprétée comme une tête de Zeus ou de Dionysos. Dans la mesure où l’Antikensammlung de Dresde conserve encore aujourd’hui un tel vase (AB 334: https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/1490934), il est plus que probable que celui-ci provienne de Sèvres. Mme Saskia Wetzig nous a d’ailleurs confirmé, photographie à l’appui, que ce guttus portait la marque “P. S.” de la Porzellansammlung. La présence d’un tel vase dans la collection Denon est, au reste, confirmée par l’album de Lagrenée, conservé à Copenhague, qui reproduit un guttus où l’on devine la présence d’une protomé masculine barbue. Reste à savoir quelles raisons avaient poussé à attribuer aux tombes de Nola la provenance de ce vase et de plusieurs autres : Brongniart avait-il transmis à Klemm des indications de provenance aujourd’hui perdues, ou avait-il fait l’hypothèse d’une telle provenance en se basant sur des comparaisons avec d’autres vases connus de son temps ?

Dresde, Skulpturensammlung, AB 334 © Skulpturensammlung, Staatliche Kunstsammlungen Dresden. Photo by Reinhard Seurig/Hans-Jürgen Genzel
Jean-Jacques Lagrenée, Cent vases étrusques dessinés par Lagrenée d’après des vases originaux appartenants au roy (album conservé à Copenhague, Nationalmuseets Antiksamling, Bibliotek)

Nous remercions nos collègues des musées de Dresde, Mme Saskia Wetzig et Julia Weber pour leurs aimables indications.

Évelyne Prioux


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Évelyne Prioux (1 février 2022). À la recherche des vases Denon partis à Dresde en 1837. ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/albo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search