Une hydrie apulienne et “son” couvercle

La collection Denon comporte une grande hydrie apulienne à godrons du IVe siècle avant J.-C. Sa pâte, brune, présente des traces d’engobe blanc, très largement effacées, mais encore perceptibles sous les deux anses horizontales. Cette hydrie porte actuellement le numéro d’inventaire MNC 37.

MNC 37 : hydrie apulienne (cliché L. Detrez)

Cette hydrie pourrait faire partie des objets de la collection Denon qui, avant d’inspirer les artisans de la manufacture de Sèvres, ont intéressé Domenico Venuti, directeur de la manufacture de Capodimonte et concepteur de l’Etruscan Service commandé par Ferdinand IV de Naples pour être offert à Georges III d’Angleterre. Ce service, réalisé de 1785 à 1787, est aujourd’hui conservé à Windsor et fut commenté, par ordre du roi de Naples, dans un ouvrage en français, destiné à être remis au roi d’Angleterre en même temps que ce service. C’est pourquoi Domenico Venuti publia, en 1787, l’ouvrage intitulé Interprétation des peintures dessinées sur un service de table, travaillé…dans la Royale Fabrique de Porcelaine par ordre de sa Majesté le Roi des Deux Siciles qui détaille les décors d’une grande partie de ce service, et particulièrement ceux de ses assiettes plates.

Il est intéressant de remarquer que l’assiette 93 de l’Etruscan Service présente un décor montrant une hydrie similaire à celle de la collection Denon. Dans la mesure où l’on sait que Domenico Venuti a reproduit, dans l’Etruscan Service, plusieurs vases appartenant à son ami Dominique Vivant Denon, on peut se demander si l’hydrie de l’assiette 93 ne se confond pas avec le vase MNC 37. Une différence notable tient toutefois à la présence, sur la planche de Venuti, d’un couvercle orné d’un décor plastique évoquant un bouton floral similaire à ce qu’on observe dans des productions de Canosa.

Planche tirée de l‘Interprétation des peintures… de Venuti, assiette n°93

L’assiette en question, ébréchée, se trouve au China Museum de Windsor (inv. 58204-6).

Assiette 93 de l’Etruscan Service = Windsor, China Museum, inv. 58204-6 (Cliché RCIN)

De manière intéressante, le musée de Sèvres conserve aussi un couvercle isolé qui ressemble à celui reproduit par Venuti. Son numéro d’inventaire actuel (MNC 21587) n’incite toutefois ni à le rapprocher de l’hydrie MNC 37, ni à considérer qu’il s’agirait d’un objet de la collection Denon. Le volume du Corpus Vasorum Antiquorum (CVA) consacré à Sèvres en 1936 par Madeleine Massoul livre une photographie de ce couvercle, encore intact, et l’identifie comme étant un couvercle d’amphore. Actuellement, deux des trois pétales du bouton floral manquent (cassure “récente”) et le sommet du troisième est cassé (cassure ancienne). Ces observations suggèrent que le couvercle a pu être endommagé par le bombardement du 3 mars 1942.

Couvercle provenant probablement d’un atelier de Canosa. CVA Sèvres, pl. 44, n°13.
Le couvercle MNC 21587 (cliché É. Prioux)

L’examen de ce couvercle révèle qu’il est réalisé en céramique achrome, mais qu’il était recouvert d’un engobe blanc. Quant aux marques d’inventaire inscrites sur le dessous de ce couvercle, elles sont assez surprenantes, puisqu’on lit, aux côtés de l’inscription 21587 une autre inscription, à l’encre, dans une écriture plus ancienne (au porte-plume ou à la plume). Cette inscription “495” a été rayée d’une croix faite au crayon rouge.

Dessous du couvercle MNC 21587. Cliché É. Prioux.

En vérifiant le n°21587 dans le livre d’entrée du musée, on s’aperçoit que cet objet a été renuméroté, en 1949, parce que son numéro d’inventaire précédent (495) était considéré comme fautif et faisant doublon avec celui d’autres objets.

Livre d’entrées, n° 21587 : “Poterie antique – style campanien – couvercle d’amphore. Décor à reliefs. Bouton de style floral (lotus?) Argile orangée, surface brunie. Restes de peinture blanche. Une des feuilles du bouton brisée.” (…) “Révision année 1949. Numéro en double (Corpus Vasorum Antiquorum)”. Cliché É. Prioux.

De fait, l’examen du n°495 de ce même livre d’entrées nous révèle que ce numéro d’inventaire n’est pas porté par une céramique antique, mais par un ensemble de dix porcelaines modernes.

Livre d’entrées, n° 495: “Dix pièces porcelaine” (Cliché É. Prioux)

Comment comprendre, dès lors, ce numéro 495, qui fut, selon toute apparence, inscrit par une main du XVIIIe ou du XIXe siècle? L’hypothèse que j’aimerais formuler est qu’il s’agit de l’un des très rares cas où l’un des objets de la collection Denon a conservé le numéro d’entrée qui lui avait été attribué au XVIIIe siècle, avant même l’inventaire de l’an 14 qui classe les objets au moyen d’un système de lettres. Voici la dernière page de l’inventaire de l’an 14, premier inventaire du futur musée de Sèvres qui inventorie les seuls objets de la collection Denon (cote U3 liasse 2 des archives de la manufacture de Sèvres).

Extrait de l’inventaire de l’an 14 (archives de la Manufacture de Sèvres), entrée KKK : “le n°495. 1 vase terre jaune avec couvercle” (Cliché É. Prioux.)

Il est difficile de savoir quel vase se dissimule derrière la mention laconique “vase terre jaune avec couvercle”: s’agit-il de notre grande hydrie ou d’un autre vase de la collection Denon, à son tour associé avec l’hydrie? Bien que le couvercle corresponde plutôt à un couvercle d’amphore ou de loutrophore, ses dimensions correspondent à celles de l’embouchure de l’hydrie. De plus, les deux objets présentent une même pâte assez brune, ce qui rend plausible l’idée de leur rapprochement. Cette initiative pouvait d’ailleurs s’appuyer sur des données que nous n’avons plus: il se pourrait en effet que Denon ait découvert les deux éléments dans la même tombe.

MNC 37 et MNC 21587 (Cliché C. Pouzadoux)

Il existe au moins un autre exemple d’objet dont le couvercle conserve vraisemblablement le n° d’entrée d’origine, consigné dans l’inventaire de l’an 14. Il s’agit de la petite marmite ou kakkabè MNC 277 dont le couvercle est inscrit “484”. Dans l’inventaire de l’an 14, le n°484 (également nommé “EEE”) est décrit comme une “petite soupière sans pied avec son couvercle”, ce qui correspond bien à l’aspect de cet objet, que les artisans de la manufacture réinterprétèrent pour en faire un pièce en porcelaine dite “écuelle étrusque Denon”.

Couvercle de kakkabè marqué “484”
MNC 277 : kakkabè.

Pour autant, il ne semble pas que le “vase en terre jaune” que l’inventaire de l’an 14 associe à notre couvercle ait été la grande hydrie. Il s’agirait plutôt de l’un des deux stamnoi actuellement numérotés 65.1 et 65.2; la couleur de l’argile ferait plutôt pencher pour une association, à Sèvres, avec le 65.2. En effet, si l’on consulte la description qu’A. Brongniart donne de ces deux stamnoi (Description méthodique du Musée céramique d’A. Brongniart, p. 54, n°404) indique que l’un deux était “muni d’un couvercle convexe surmonté d’un bouton à fleur de tulipe”. On reconnaît dans cette description notre couvercle 21587, ce qui suggère que l’assemblage fait à Sèvres était différent de celui fait à Naples et illustré par l’assiette de Venuti.

Stamnos MNC 65.2

Nous ignorons si ces remontages successifs s’appuient sur des indications données par Denon sur le contexte de découverte. Du point de vue de la chronotypologie, il n’est pas absurde que les trois vases, le couvercle, l’hydrie et le stamnos, aient été retrouvés dans la même tombe peucétienne du IVe siècle av. J.-C.

Évelyne Prioux



Citer ce billet
Évelyne Prioux (2022, 3 juin). Une hydrie apulienne et “son” couvercle. ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/albt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search