Wanted! Épisode 1: à la recherche des lécythes perdus…

Avec ce billet, je souhaite inaugurer une série dédiée aux objets disparus de la collection Denon. Le principe est d’essayer de faire le lien entre les systèmes successifs de numérotations des pièces au musée de Sèvres afin de comprendre à quels moments des vases ont pu être perdus, relocalisés ou renumérotés. Ces systèmes de numérotation sont les suivants: en 1786-1787, quand Jean-Jacques Lagrenée dessine quelques 100 vases antiques de la collection Denon, les vases sont marqués de numéros typologiques courant de 1 à 100 et recoupant imparfaitement les différentes formes représentées dans la collection. Plusieurs objets conservent encore ces numéros tracés au crayon sur les fonds des vases, en gros caractères, mais ce premier système d’inventaire dont nous n’avons que très récemment découvert l’existence est rapidement abandonné, au profit d’un autre système, celui généralement présenté comme le “premier inventaire de la collection”, en l’an 14 (i.e. en 1805-1806). À la vérité, l’inventaire de l’an 14 montre la coexistence de nouveaux systèmes de classement: on y voit en effet des numéros d’entrée, courant de 1 à 495 (ces numéros, tracés à la plume en petits caractères, ne sont qu’exceptionnellement conservés sur les objets aujourd’hui) et, parallèlement, un système typologique procédant par lettres A, B, …, Z, puis AA, BB, …, ZZ, et AAA, BBB, et ainsi de suite jusqu’à MMM (une dernière entrée, NNN, est ajoutée par une autre main, plus récente et moins soignée, à la suite des entrées précédentes). Ce système de lettres, dont on ne retrouve aucune trace sur les objets, semble avoir été rapidement abandonné : de nouveaux numéros, typologiques, furent attribués aux vases, peut-être par Riocreux. Ces numéros courent de 1 à 192 et pourraient être apparus autour de la fondation du musée, en 1824. C’est sans doute seulement vers le milieu du XIXe siècle qu’apparaissent les numéros d’entrée MNC que nous connaissons actuellement. Il est en effet certain que les numéros MNC sont postérieurs à l’échange avec le musée de Dresde de 1836, puisque les objets partis à Dresde avaient des numéros typologiques mais pas de numéros MNC; l’autre certitude est que les numéros MNC sont antérieurs au siège de Paris de 1870, puisqu’un lécythe disparu lors de l’investissement de la Manufacture avait d’ores et déjà reçu un tel numéro.

À notre connaissance, il n’existe aucune concordance générale permettant de faire le lien entre ces différents systèmes d’inventaire, mais seulement un registre qui s’efforce d’associer, par une série d’annotations, les deux derniers systèmes, c’est-à-dire les numéros typologiques de la première moitié du XIXe siècle et les numéros MNC. Par ses indications marginales, ce document très précieux nous permet de savoir quels objets ont été remisés, au XIXe siècle, aux «doubles» parce qu’ils passaient pour être identiques ou interchangeables avec d’autres objets de même typologie. Ces objets étaient destinés par l’administration de la Manufacture et plus particulièrement par Brongniart à servir de monnaie d’échange avec des collectionneurs et musées possédant des pièces qui intéressaient la Manufacture et le Musée de Sèvres.

Le présent billet est consacré aux lécythes, vases qui ont porté plusieurs noms successifs à Sèvres: appelés bouteilles au XVIIIe siècle, ils sont souvent qualifiés de burettes au XIXe siècle.

L’inventaire de l’an 14 contient deux entrées qui correspondent manifestement à des lécythes:

  • RR du n° 341 à 356. 16 petits vases forme platte noir et (…) le collet très étroit.
  • SS du n° 357 à 398. 42 vases forme bouteille à collet étroit noir et rouge
Extrait de l’inventaire de l’an 14, avec les entrées RR et SS correspondant aux lécythes.

L’entrée RR suggère la présence de 16 lécythes à panse aplatie (aryballisques ou cylindiques?) ; l’entrée suivante permettrait d’y ajouter 42 lécythes de forme plus élancée. La collection Denon comportait donc, en 1805-1806, au moins 58 lécythes. L’entrée TT s’intéresse à une autre forme à collet étroit, mais « sans anses », ce qui nous oriente sans doute vers les bouteilles de Gnathia. L’entrée UU, trop laconique, est plus difficile à relier au matériel que nous connaissons puisqu’elle mentionne deux vases « à collet cassé » sans plus de précision. Nous ne savons pas s’il s’agit ou pas de lécythes…

Intéressons-nous tout d’abord aux 16 vases recensés sous l’indication “RR”. Aujourd’hui, on peut dénombrer 12 lécythes à panse aplatie: 2 lécythes à panse cylindrique, les MNC 129 et 130 (qui étaient, semble-t-il, bien restaurés en lécythes et non en épichyseis au XIXe siècle), ainsi que 10 lécythes aryballisques à panse basse, les MNC 131.1-131.6 et 132-135. Un doute subsiste quant à l’appartenance des lécythes à panse cylindriques MNC 129 et 130 à cette catégorie. Ils pourraient en effet correspondre aux deux vases à collets cassés enregistrés sous la lettre “UU”.

Entre 1805 et aujourd’hui, nous conservons, grâce aux annotations de la concordance, qui remontent certainement au milieu ou à la seconde moitié du XIXe siècle, la mention d’un autre vase perdu. Cette concordance nous apprend en effet qu’un lécythe considéré comme un double des vases MNC actuellement numérotés 131.1-131.6 aurait été “envoyé au musée de Dresde en 1837”. Ce vase était l’un des sept portant le n°123 dans la concordance et il s’agissait donc d’un lécythe aryballisque à panse godronnée assez aplatie. L’indication selon laquelle il serait parti à Dresde est probablement fausse car elle ne reçoit aucune forme de confirmation dans les autres archives relatives à cet envoi, que ce soit à Sèvres ou Dresde: aucun lécythe ne figure dans la liste des objets partis de Sèvres ou arrivés à Dresde en 1837. En revanche, il est possible que l’on conserve une trace de l’apparence visuelle de ce lécythe disparu grâce à l’Album de Copenhague de Jean-Jacques Lagrenée qui illustre, sous le n°4, p. 4, un lécythe aryballisque à panse godronnée.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DSC02273-500x375.jpg.
P. 4 de l’album de Copenhague de Lagrenée le jeune: le lécythe aryballisque disparu est ici représenté sous le n°4.

Outre ce lécythe que nous n’avons que peu de chances de retrouver, nous pouvons donc déduire de la confrontation entre ces documents que trois autres lécythes aryballisques à panse aplatie ont disparu à une date très précoce, probablement comprise entre 1805-1806 et l’établissement de la nouvelle numérotation du livre d’entrées du musée.

Pour ce qui est des 42 lécythes de forme plus élancée ou du moins “non aplatie” enregistrés sous l’entrée “SS”, nous en conservons aujourd’hui seulement 28, à savoir les MNC 136-145, 147-149, 150.1-3, 151-154, 155.1-155.3, 156.1-156.2, 157-159 et 161.

Un autre lécythe, MNC 146, à décor de Gnathia et représentant un oiseau posé sur une fleur au milieu de rinceaux, est connu par une photographie du CVA: brisé accidentellement en 1932, il fut alors rayé de l’inventaire. La photographie du CVA permet néanmoins de penser qu’il s’agit d’une œuvre proche du Stockport Group, actif vers 330-320 av. J.-C., ou du Dunedin Group, actif vers 320-310 av. J.-C. en Apulie (c’est aussi au Dunedin Group que nous devons le lécythe MNC 148). Quant au lécythe MNC 162, à décor réticulé, est actuellement introuvable, mais son aspect nous est également connu par une photographie du CVA.

Lécythe MNC 146
Lécythe MNC 162

L’aspect de MNC 160, lécythe disparu en 1870, nous est connu grâce à Jean-Jacques Lagrenée. En effet, on retrouve probablement la dernière mention de ce lécythe dans un tapuscrit du 16 juin 1932 («liste des pièces enlevées pendant L’aspect de MNC 160, lécythe disparu en 1870-1871, nous est connu grâce à Jean-Jacques Lagrenée. En effet, on retrouve probablement la dernière mention de ce lécythe dans un tapuscrit du 16 juin 1932 («liste des pièces enlevées pendant l’investissement en 1870-1871»): cette liste mentionne, sous le n°160 (= MNC 160), une « poterie antique, burette (Leuzthus) [sic, pour lécythe!] peinture, femme assise sur un escabeau ». L’information est reproduite d’après la liste des pièces manquant aux collections de l’inventaire de janvier 1881 qui pointe comme manquante une «burette cylindrique, femme assise sur un escabeau, tenant un miroir. Nola». Cette description d’un lécythe attique, quoique laconique, nous permet de faire le lien avec un vase que Lagrenée représente dans l’album de Copenhague au n° 25 de sa p. 8. On voit qu’il s’agit d’un lécythe attique à figures rouges représentant une femme à la quenouille (ou au miroir?), typique des productions sérielles réalisées après 450, peut-être dans l’entourage du Peintre d’Icare et du Peintre de la Petite Sirène.

P. 8 de l’album de Copenhague de Jean-Jacques Lagrenée. Le lécythe de gauche correspond vraisemblablement à celui remisé «aux doubles».

Nous connaissons donc 28 lécythes de manière directe et 3 autres de manière indirecte, grâce à Lagrenée ou aux photographies du CVA. Reste donc à savoir ce que sont devenus les 11 autres lécythes connus par l’inventaire de l’an 14 qui en dénombre 42.

La concordance nous renseigne sur la perte de quelques autres lécythes. Outre les lécythes déjà mentionnés et pourvus de numéros MNC, ce document, sans doute rédigé vers le milieu du XIXe siècle, mentionne 13 (!) vases remisés aux doubles ou perdus, soit deux de plus que le nombre que nous recherchons :

  • 1 lécythe en céramique à vernis noir similaire à MNC 138 et marqué du n° 126. Ce lécythe serait « aux doubles ».
  • 2 lécythes ornés de décor («ornés de peintures, mosaïques et vernissés» et similaires, pour la forme, à MNC 139-149) mesurant entre 13 et 16 cm de haut et théoriquement marqués du numéro typologique 127. Ces lécythes seraient « aux doubles ».
  • 6 lécythes ornés de figures rouges de 8 à 11 cm de haut et marqués du n° 128. Ces vases doivent présenter des similitudes avec les MNC 150 à 154. Plusieurs d’entre eux sont probablement ornés de profils féminins. Ils sont annotés « 6 aux doubles » dans la concordance. Cependant, l’«État des pièces qui ne sont point trouvées» établi en juin 1833 indique que deux petites fioles marquées du n° 128 et considérées comme des « doubles » ont été données « en 1829 et 1830 pour servir aux opérations du laboratoire d’analyse ». L’une de ces pièces au moins était fracturée.
  • 3 lécythes, dont deux réticulés, similaires aux vases MNC 155 et marqués du n° 129. L’entrée n° 129 de la concordance mentionne en effet « 7 petits vases de forme semblable dont 6 à dessin de mosaïque », c’est-à-dire réticulés, et « un avec bandes circulaires ». L’entrée est annotée « 3 aux doubles ». Cette indication nous montre que 2 lécythes réticulés et 1 vase orné de bandes surpeintes sont perdus.
  • 1 lécythe cylindrique marqué du numéro typologique 130. Il s’agirait a priori d’un lécythe attique à décor végétal.

La localisation de ces lécythes nous est aujourd’hui inconnue, car l’emplacement des caisses de « doubles » constituées durant la première moitié du XIXe siècle en vue d’échanges éventuels avec des particuliers ou des musées nous est malheureusement inconnu.

Il est possible que trois de ces pièces nous soient en réalité connues, pour deux d’entre elles de manière indirecte et, pour la dernière, directement.

Le lécythe cylindrique attique à décor végétal pourrait être illustré dans une peinture de Georgius Jacobus Johannes van Os (1782-1861), peintre hollandais qui travailla à Sèvres de 1811 à 1815, puis de 1820 à 1822. Ce peintre a représenté le MNC 3 dans une toile conservée au Rijkmuseum d’Amsterdam (SK A 1105). Or, une autre de ses peintures, datée de 1821 (selon les informations du Teylers Museum), représente une composition florale dans un lécythe attique à décor de palmettes (Bloemstilleven in een Griekse vaas, Haarlem, Teylers Museum, KS044). Certes, il pourrait s’agir d’une composition d’invention comme celle que Teylers propose dans un autre tableau daté lui aussi de 1821 (Teylers Museum, KS023), où un cratère à colonnettes imité du MNC 3 pour la forme reçoit un décor emprunté à un vase de la collection Lamberg publié par A. de Laborde dans un recueil gravé qui était à disposition des artisans de la manufacture de Sèvres (voir Louise Detrez, «Peinture et porcelaine, la fortune multiple d’un vase attique à Sèvres», Revue de Sèvres, 25, 2016, p. 10-19).

Georgius Jacobus Johannes van Os, Nature morte aux fleurs dans un vase grec, Haarlem, Teylers Museum, KS 044 © Wikimedia Commons / AlfvanBeem.

Dans l’album de Copenhague, Jean-Jacques Lagrenée représente en effet un petit lécythe réticulé similaire pour la forme à MNC 155.3, mais qui ne présente pas le défaut de cuisson qui a rougi le filet noir de ce petit vase.

Album de Copenhague de Jean-Jacques Lagrenée, P. 6. Le n°22, à gauche, pourrait être l’un des lécythes perdus correspondant à l’ancien numéro typologique 129 et considérés comme des «doubles» des vases MNC 155.1-3.

En outre, l’étagère A3-E2 contient un lécythe réticulé non publié par M. Massoul dans le CVA. Ce lécythe n’a pas de numéro d’inventaire correspondant à un système connu, mais porte une étiquette papier marquée “8” dans une écriture ancienne (au porte-plume ou à la plume). Il pourrait s’agir de l’un des deux lécythes jadis remisés « aux doubles » qui correspondent au numéro typologique 127. En effet, ce lécythe présente une forte ressemblance avec le MNC 147, enregistré au XIXe siècle sous ce même numéro typologique. Avec ce lécythe, nous arriverions à 32 lécythes à panse non aplatie dont nous connaissons l’aspect sur les 42 (ou 44?) que comptait initialement la collection Denon.

Lécythe sans numéro, localisation 00-39-A3-E2

Ce seraient donc a priori 13 lécythes (3 à panse aplatie et 10 à panse non aplatie) qui auraient disparu sans être documentés entre 1805-1806 et nos jours. Peut-être parviendrons-nous à en savoir plus à leur sujet lorsque nous aurons dépouillé davantage de dossiers d’archives liés à la gestion du musée…

Nous pouvons essayer de remonter plus haut dans le temps grâce à l’Album de Lagrenée, qui représente plusieurs lécythes et fournit quelques indications incomplètes quant au nombre de ces vases en 1786-1787, c’est-à-dire juste après leur arrivée à Sèvres.

Les numéros typologiques de Lagrenée ne se superposent pas avec ceux du XIXe siècle. Les petits lécythes ovoïdes semblables à MNC 155 y portent le n°22 (sans précision du nombre total de vases appartenant à cette forme). Le lécythe aryballisque à godrons disparu est marqué du n°4 ; ce numéro typologique du XVIIIe siècle pourrait donc correspondre aux 12 vases de l’entrée RR de l’inventaire de l’an 15. Les petits lécythes ovoïdes à panse très renflée vers le bas et très rétrécie vers le haut du type MNC 161 y portent le n°21; le nombre de vases de ce type n’est pas précisé, mais on sait qu’il y en avait 2 au milieu du XIXe siècle. Le MNC 158 porte le n°24, sans qu’il soit possible de savoir pourquoi cette forme est distinguée du n°25 qui rassemble des lécythes attiques tels que MNC 160, mais aussi des lécythes à panse ovoïde tels que MNC 146. De manière exceptionnelle, on parvient même à déchiffrer l’inscription “25”, au crayon, sur le lécythe MNC 139, ce qui constitue peut-être le seul exemplaire conservé jusqu’à ce jour sur les objets eux-mêmes de la numérotation typologique de Lagrenée (comme ce vase conserve aussi son n° typologique du XIXe siècle, à savoir le « n°127 », il est pratiquement possible de reconstituer l’intégralité de ses n° d’inventaire successifs : 25, puis SS, puis 127, puis MNC 139). Cet exemple confirme aussi la variété des pièces marquées du n°25 au XVIIIe siècle. D’ailleurs, à la page 8 de son Album de Copenhague, Lagrenée précise : « Il y a 49 vases et trois de plus marqués n°25 qui sont tous de la même forme à peu près ou du moins du même genre ». On voit ainsi que Lagrenée connaissait davantage de lécythes que l’auteur de l’inventaire de l’an 14: il s’agit d’une catégorie de vases qui a connu plus de déperditions que les autres.

É. Prioux



Citer ce billet
Évelyne Prioux (2022, 7 juin). Wanted! Épisode 1: à la recherche des lécythes perdus… ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/albu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search