Wanted! Épisode 2: Le difficile décompte des vases Denon

En 1786, 525 vases de la collection Denon arrivent à la manufacture de Sèvres. Dans le premier inventaire qui en est livré, en l’an 14 (c’est-à-dire en 1805-1806), on ne compte plus que 499 vases.

Combien susbsiste-t-il aujourd’hui de vases de la collection Denon? En pratique les vases Denon se sont vu attribuer les numéros MNC 1 à 292, ainsi que quelques numéros plus éloignés, notamment pour les pièces considérées comme provenant d’Étrurie. Nous y reviendrons…

Bien que les objets de la collection Denon soient en théorie numérotés de 1 à 292, ces numéros d’inventaire rassemblent bien plus que 292 objets. En effet, certains numéros sont attribués deux fois. Il y a par exemple un MNC 2.1 et un MNC 2.2. La liste des numéros attribués plusieurs fois figure sous une forme commode dans un document daté du 31 décembre 1884 (AMNS, cote 4W54).

AMNS, 4W54: dénombremant des pièces composant le musée céramique au 31 décembre 1884.

Ce document permet de déterminer combien de vases ont reçu un n° MNC, indépendamment de la question de savoir combien de ces vases sont aujourd’hui perdus. En lisant ce document, on s’aperçoit que 45 numéros MNC inférieurs à 292 sont portés par plus d’un objet. En faisant le total des objets enregistrés sous ces numéros doublement attribués (171 vases), on arrive à l’idée qu’au moment de l’attribution des numéros MNC (qui constituent a priori le cinquième et dernier système d’inventaire utilisé pour cataloguer la collection Denon depuis son arrivée à Sèvres), cette collection comptait encore: 292 – 45 + 171 = 418 vases.

Les vases dotés d’un numéro MNC sont, à de rares exceptions près, toujours présents dans les collections de Sèvres. Les quelques vases MNC qui ont été perdus en raison des conflits ou d’un bris accidentel sont, malgré tout, assez bien documentés, a minima par une description assez précise, et, dans la majorité des cas, par des photographies ou par une gouache de Lagrenée (voir le cas du MNC 160, évoqué dans l’article « Wanted! Épisode 1 »). Outre l’étude à nouveaux frais de ces vases relativement bien documentés, l’un des défis du projet ACuTe consiste à comprendre le sort des 107 vases qui n’ont pas reçu un numéro MNC compris entre 1 et 292. À quoi ressemblaient-ils et que sont-ils devenus? Ce travail est loin d’être achevé, mais quelques résultats partiels peuvent au moins être présentés.

Plusieurs documents sont très utiles pour comprendre le sort de ces vases. Tout d’abord, il convient de citer l’Album de Copenhague de Jean-Jacques Lagrenée. Composé en 1786 ou 1787, ce recueil représente une centaine de vases de la collection Denon. Une confrontation systématique entre les dessins de Lagrenée et les objets conservés au musée de Sèvres et inventoriés sous les numéros MNC 1 à 292 a permis d’identifier une série d’objets à rechercher dans les collections de Sèvres et d’autres musées. Cette confrontation, menée par Maiwenn Tonna, étudiante à l’Université Paris Nanterre dans le cadre d’un stage au LIMC, nous a permis de nous apercevoir que Lagrenée avait vu, en 1786-1787, des objets que les conservateurs de Sèvres ont ensuite enregistrés, au XIXe siècle, sous des numéros d’inventaires que l’on n’associe plus, aujourd’hui, à la collection Denon. Il s’agit d’une série d’objets étrusques (ou considérés comme tels par Riocreux) qui portent les numéros d’inventaire MNC 1232 à 1235. Le numéro MNC 1234 est partagé par 4 objets (MNC 1234.1 à 1234.4). Cette première découverte nous a immédiatement permis de retrouver 7 objets disparus de la collection Denon.

MNC 1234-2, 1234-1, 1234-4, 1235, 1234-3: cinq objets en bucchero issus de la collection Denon
Le canthare étrusque MNC 1234-1 dessiné par Jean-Jacques Lagrenée dans l’Album de Copenhague, p. 24, n°49.

Une fois réintégrés les sept vases MNC 1232 à 1235, cent objets sur 525 manquaient encore à l’appel. Heureusement, le musée de Sèvres conserve un autre document essentiel pour comprendre le sort de ces œuvres disparues: une concordance qui s’efforce de faire le lien entre l’inventaire typologique du XIXe siècle (numéros inscrits à l’encre dans la 2e colonne) et les numéros MNC (ajoutés au crayon dans la 1re colonne).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 0015-382x500.jpg.
Extrait de la concordance des inventaires. Les annotations sont portées au crayon dans la dernière colonne de la page.

La colonne de droite des pages de la concordance porte une série d’annotations au crayon souvent peu lisibles. Ces annotations concernent les objets « absents », échangés ou remisés « aux doubles ». Après comparaison avec les dessins de Lagrenée, l’inventaire de l’an 14 et les documents relatifs à l’échange avec Dresde, ce document permet d’établir une liste préliminaire des objets manquants ou à rechercher sur le site de Sèvres. Si l’on ne sait rien (ou presque: voir l’article «Wanted! Épisode 1») des 26 objets disparus entre 1786 et l’inventaire de l’an 14, il apparaît qu’une majorité des 74 autres objets manquants ont été remisés, au cours du XIXe siècle, « aux doubles », en vue d’éventuels échanges avec d’autres musées ou de recherches futures sur leur composition chimique. A. Brongniart était en effet particulièrement soucieux d’établir des listes de « doubles » susceptibles d’être échangés afin de diversifier les collections de Sèvres.

On notera que l’établissement de la liste d’objets annotée pour concordance est a priori antérieur à l’échange avec le musée de Dresde en 1837, mais que les indications ajoutées au crayon dans la dernière colonne sont, elles, postérieures au départ de ces objets, et qu’elles furent probablement ajoutées bien après 1837, puisque l’annotateur n’avait qu’une connaissance approximative des contours de l’échange. Cet annotateur pensait en effet que sept vases Denon étaient partis à Dresde, alors que nous avons pu établir que six d’entre eux seulement ont été prélevés en 1837. Visiblement mal informé sur cet échange, l’annotateur estimait qu’une pélikè et un lécythe aryballisque avaient également quitté Sèvres pour la Porzellansammlung. Nous ne savons pas ce qu’il est advenu du lécythe qui ne figure nullement dans les autres documents relatifs à l’échange avec Dresde, mais nous savons que la pélikè avait été donnée, dès février 1830, au peintre Édouard Odier , en échange du vase péruvien MNC 350 (cf. «État des pièces qui ne sont point trouvées», juin 1833).

Malgré ses imperfections, l’examen des annotations de la concordance permet de savoir quels types d’objets ont été remisés aux «doubles» et n’ont jamais reçu de numéro d’inventaire MNC. On y trouve notamment la confirmation du départ à Dresde de deux cratères en cloche, d’une œnochoé, d’une hydrie à Dresde, d’un guttus et d’un cothon ou exaleptron. Ces indications suffisent pour compléter l’identification de 5 des 6 objets partis à Dresde et nous y reviendrons dans un prochain billet. En revanche, les indications relatives au départ supposé d’une pélikè et d’un lécythe sont erronées. Nous ignorons ce qu’il est advenu du lécythe, vraisemblablement documenté par Lagrenée (cf. l’article «Wanted! Épisode 1»), mais nous savons par ailleurs, grâce à l’« État des pièces qui ne sont point trouvées » de juin 1832, que le peintre É. Odier a reçu un skyphos et pélikè en 1830, dans le cadre d’une procédure d’échange entre le musée et ce collectionneur privé.

Aux six objets partis à Dresde, aux deux objets donnés à É. Odier et au lécythe aryballisque probablement disparu dans un échange non documenté s’ajoutent les 59 objets suivants, remisés «aux doubles» ou, plus rarement, confiés au laboratoire de chimie de la Manufacture:

  • 1 askos-outre;
  • 1 épichysis;
  • 1 guttus à versoir en forme de tête de lion;
  • 13 lécythes (voir l’article «Wanted! Épisode 1»);
  • 1 alabastre en vernis noir;
  • 7 olpettes;
  • 1 lébès gamikos;
  • 4 skyphoi ou canthares ornés de décors divers qui s’ajoutent à celui donné à É. Odier;
  • 1 skyphos en vernis noir;
  • 3 coupelles monoansées;
  • 2 coupes à vernis noir sur pied haut;
  • 2 kylikes;
  • 2 plats ou patères;
  • 9 coupelles simples ou concavo-convexes;
  • 6 (?) vases miniatures;
  • 4 lampes;
  • 1 couvercle détruit au laboratoire.

L’annotateur de la concordance considère également comme manquant un canthare étrusque supposément marqué du numéro typologique 151. D’après la concordance, ce canthare est censé présenter des similitudes avec les objets MNC 1234-1235. Les travaux de Marlène Nazarian ont permis de le retrouver tout récemment parmi les objets renumérotés en 1905 par Georges Papillon. Il s’agirait du MNC 12549. Cet objet aurait perdu son numéro typologique et, face à l’impossibilité de l’identifier, Georges Papillon l’a renuméroté, mais il s’agit bien d’un objet de la collection Denon.

Or, en poursuivant la lecture du registre, on constate que le MNC 12550, un autre canthare étrusque qui le suit immédiatement dans l’inventaire et qui fut lui aussi renuméroté par Georges Papillon, était également un objet de la collection Denon. Cette conclusion s’appuie sur la confrontation entre l’illustration fournie par Lagrenée au n° 38 de la p. 18, les planches du CVA de 1936 (n° 24, pl. 28) et l’examen autoptique du MNC 12550. Pour autant, la lecture concordance ne permet pas de déterminer le numéro typologique attribué au canthare MNC 12550 et il est possible que ce vase ait été séparé du reste de la collection avant l’attribution des numéros typologiques.

Le MNC 12250 dessiné par Jean-Jacques Lagrenée dans l’Album de Copenhague.
MNC 12250, un canthare étrusque en bucchero, privé de ses anses par une dérestauration ou par le bombardement du 3 mars 1942 (?).

Ce sont donc 69 objets aujourd’hui dispersés ou disparus, mais attestés dans l’inventaire typologique du XIXe siècle dont nous connaissons désormais la forme et parfois le type de décor grâce à la confrontation entre les sources manuscrites et les sources graphiques. Cinq de ces objets sont, nous l’avons vu, localisés avec certitude, dans la Skulpturensammlung de Dresde, tandis qu’un sixième objet de Dresde peut être assigné, par hypothèse, à la collection Denon. Un soixante-dixième objet, le canthare MNC 12550, avait échappé à l’attention de l’annotateur et ne semble pas être mentionné dans l’inventaire typologique, ce qui veut probablement dire qu’il a été éloigné de la collection Denon entre l’inventaire de l’an 14 et l’attribution des numéros typologiques au XIXe siècle.

La conclusion de ce décompte est que 4 autres objets (74 objets de l’inventaire de l’an 14 non dotés de numéros MNC moins 70 objets retrouvés ou au moins assignés à une typologie grâce à la concordance) ont disparu entre l’inventaire de l’an 14 et l’attribution des numéros typologiques. Heureusement, nous pouvons connaître la typologie de deux d’entre eux, désignés par l’inventaire de l’an 14 sous l’étrange appellation de «terrines à goulechel» et qui correspondraient à des kakkabai (marmites) pourvues d’un petit versoir (voir «Wanted! Épisode 3: batterie de cuisine funéraire»). Un troisième objet pourrait être le grand plateau apulien à boutons MNC 12162, réinventorié en 1903 parce qu’il avait été retrouvé sans numéro d’inventaire. En effet, l’entrée HHH (objets 491 et 492) de l’inventaire de l’an 14 évoque «2 plateaux noir et rouge» là où l’inventaire typologique ne connaît plus qu’un plateau de ce type, le MNC 261.

Somme toute, nous atteignons un total de 498 objets de la collection Denon, dont nous connaissons aujourd’hui a minima la typologie et les «jumeaux» réels ou supposés tels par les observateurs du début du XIXe siècle. Comme nous l’avons vu (article «Wanted! Épisode 1»), ce nombre doit vraisemblablement être encore augmenté de quelques lécythes séparés du reste de la collection entre 1786 et l’an 14.

Sur les 525 objets que comptait initialement la collection Denon, le nombre d’objets encore effectivement conservés à Sèvres ou à Dresde avoisine, contre toute attente, les 430. Ce total peut encore être augmenté d’environ une dizaine d’objets disparus ou introuvables, mais pour lesquels nous conservons, en plus de la description de la forme, des archives graphiques.



Citer ce billet
Évelyne Prioux (2022, 11 juin). Wanted! Épisode 2: Le difficile décompte des vases Denon. ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/albv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search