De Lucera à Sèvres…

Le projet ACuTe cherche notamment à établir les provenances des vases de la collection Denon – tâche qui peut sembler désespérée quelques 250 ans après la découverte des vases en Italie du Sud. Deux méthodes principales s’offrent à nous. La première consiste à comparer les vases de Sèvres avec des assemblages funéraires découverts récemment et dont les contextes ont été précisément documentés par des fouilles stratigraphiques. Cette méthode permet de faire des hypothèses sur les provenances des objets de la collection Denon. L’autre méthode que nous employons consiste à dépouiller des documents d’archives et publications anciennes, parfois les écrits de Denon lui-même.

Quelle connaissance avons-nous des déplacements de Denon en Italie? Dessinateur, antiquaire et écrivain, Dominique Vivant Denon mène aussi une carrière diplomatique, mais son départ pour l’Italie, en octobre 1777 relève initialement d’un autre projet : il s’est vu confier la mission d’encadrer et de « guider » une équipe de dessinateurs qui doivent illustrer un Voyage pittoresque de l’Italie. Ce projet est initié par Benjamin de Laborde, un ami de Denon, et l’abbé Saint-Non, qui désire publier le journal d’un voyage que lui-même a effectué en Italie. Saint-Non et Laborde signent un contrat en 1777 : Laborde doit rédiger ou faire écrire le texte, tandis que Saint-Non supervisera la réalisation de l’illustration. Ne disposant ni d’illustrations suffisantes ni d’un récit de voyage allant plus loin que la Campanie, les deux hommes décident de financer le voyage d’une équipe de dessinateurs encadrée par Denon. Celle-ci devra explorer la Grande-Grèce et la Sicile.

De 1781 à 1786, Saint-Non publie les cinq tomes du Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Naples et de Sicile. Le nom de Denon n’apparaît pas comme auteur, mais nous savons aujourd’hui que le texte est tiré, pour l’essentiel, du journal de Denon, expurgé des détails les plus personnels et notamment des quelques phrases évoquant les moments où Denon achète ou s’approprie des objets antiques. Pour le début du voyage, un manuscrit de la collection Frits Lugt nous a restitué l’original de Denon. Pour les autres parties du voyage, et notamment l’exploration de la Grande Grèce, nous devons nous contenter des «notes» dont Laborde, en conflit avec Saint-Non et désireux de publier lui-même le travail de Denon, assortit sa traduction du Voyage de Henri Swinburne dans les Deux Siciles, en 1777, 1778, 1779 et 1780. Or, ces notes reproduisent les manuscrits perdus du journal de Denon comme le confirme, au reste, la confrontation avec le manuscrit de la collection Frits Lugt.

L’un des passages les plus intéressants est celui où Denon évoque sa rencontre avec un habitant de Lucera, dans les Pouilles (note de la p. 127) :

« Je fus introduit chez un habitant qui, en creusant les fondations de sa maison, avoit trouvé un tombeau à la manière grecque ou étrusque ; le corps étoit contenu dans un assez grand espace, recouvert d’une espèce de toit en brique à la hauteur de trois pieds. Le squelette était encore entier, et entouré de jattes et vases campaniens, connus sous le nom de vases étrusques. Il y en a un sur lequel une figure de Jupiter semble donner des ordres à Mercure. Ce tombeau est certainement samnite ou de la plus haute antiquité. Le maître de la maison me donna plusieurs de ces vases, qui, quoique rompus, me parurent précieux. »

Peut-on retrouver certains vases de Lucera dans l’actuelle collection Denon du musée de Sèvres? Il nous semble que oui. Denon ne décrit-il pas ici le MNC 250, dont il donnerait une lecture quelque peu faussée?

Sèvres, MNC 250, kylix attique attribuée au Peintre du Couvercle, 3e quart du Ve siècle av. J.-C.

Le MNC 250 est attribué au Peintre du Couvercle (Lid Painter), un associé du Peintre de Marlay, ainsi nommé parce qu’il a décoré, en collaboration avec son collègue, le couvercle de la pyxide 1920,1221.1 du British Museum.

Pourquoi proposons-nous d’identifier le MNC 250 dans la description de Denon? Tout d’abord, cette coupe attique est bien “rompue” (deux fragments jointifs ont été recollés par le restaurateur). De plus, Denon rassemble une collection qui, pour l’essentiel, remonte aux dernières décennies du IVe siècle av. J.-C. et pouvait donc estimer que cette coupe, antérieure d’un siècle au gros de sa collection, était le vestige “d’une antiquité vénérable”. Pourtant, à première vue, le médaillon ne correspond pas à celui décrit par Denon: on y voit un personnage masculin barbu, tenant une lance, qui s’entretient avec un personnage féminin coiffé d’un kékruphalos ou plutôt d’une sphendonè (on note la forme élargie, comme une fronde, sous la nuque). La similitude avec la situation décrite par Denon («Jupiter donnant des ordres à Mercure») retient l’attention, mais ne saurait emporter la conviction sans l’apport d’un autre document: l’album de Copenhague du peintre Lagrenée le Jeune qui reproduit, tout en les interprétant, plusieurs vases de la collection Denon. Voici la planche que Lagrenée consacre au MNC 250:

Jean-Jacques Lagrenée, Cent vases étrusques dessinés par Lagrenée d’après des vases originaux appartenants au roy (album conservé à Copenhague, Nationalmuseets Antiksamling, Bibliotek)

Sur le médaillon dessiné par Lagrenée, on voit que le personnage féminin est devenu un Hermès: la sphendonè a été réinterprétée comme un pétase garni de deux ailes. Le “chignon” de cheveux noirs à l’arrière de la tête a été compris comme un élément du fond.

Nous proposons donc d’assigner à la tombe de Lucera ce vase attique du Peintre du Couvercle, ce qui conduirait à situer la déposition dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. Grâce à la note de Denon, nous savons que d’autres vases de la même tombe se trouvent probablement à Sèvres. Il faut donc essayer d’affiner la datation stylistique des vases. De bons candidats sont, à ce stade, les coupes attiques à vernis noir MNC 249.1 à 249.3, également datées du Ve siècle av. J.-C.

Reste une question: comment expliquer que Denon et Lagrenée aient fait la même mélecture? Lagrenée a peut-être eu accès à des notes écrites ou à des éléments transmis par voie orale par Denon. Cet aspect demeure à ce jour obscur.

Évelyne Prioux


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Évelyne Prioux (22 février 2022). De Lucera à Sèvres… ACuTe - Antiquity in a Cup of Tea. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/albq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search